C’est quoi l’omphalos ? (histoire de Grèce et d’ailleurs)

janvier 03, 2021 5 min de lecture

Omphalos de Delphes dessinée sous la forme d'une grande pierre


Le concept de « l’omphalos » est connu de peu de personnes.

Issu du glossaire de la Grèce antique, ce terme pourrait se traduire par « nombril ».

D’un point de vue purement architectural, un omphalos est une sorte de grande pierre dressée au milieu de certains temples hellénique. Il existe donc plusieurs omphalos réparti partout dans le monde qui peuvent porter des messages différents.

D’un point de vue spirituel, il s’agit plutôt de quelque chose lié au « point central » de notre monde (en quelque sorte, à son nombril), un lieu qui représente la source de toute vie et création.

D’un point de vue religieux, les prêtres grecs s’en servaient pour communiquer avec certains dieux, notamment aux cours d’oracles et de pratiques divinatoires.

C’est donc clair : avec autant de pistes différentes, décrire ce qu’est un omphalos promet d’être une tâche compliquée.

Nous allons pourtant maintenant la relever ensemble !

 

Table des matières :

 

 

Site archéologique de Delphes avec ses temples en ruine.

L’omphalos de Delphes : point central du monde grec

Fièrement placé au milieu du site archéologique principal, l’omphalos de Delphes est sans aucun doute le plus célèbre d’entre tous.

Malgré sa place centrale dans l’enceinte du temple, peu de visiteurs lui prêtent toutefois attention… et c’est bien dommage (bien que compréhensible : l’omphalos de Delphes ne ressemble qu’à un simple rocher vaguement plus grand que les autres).

Son sens est pourtant des plus profonds.

Il y a de millénaires de cela, il était de coutume pour les fidèles du dieu Appolon (à qui le site de Delphes était dédié) de pratiquer certaines prières en touchant cet édifice.

En particulier, certains cas de visions prophétiques furent relatées, et nombre de mystiques du monde antique venait visiter l’endroit dans l’espoir d’en recevoir eux aussi.

L’omphalos de Delphes peut en quelque sorte être vu comme une « attraction touristique » de l’Antiquité… avec tout de même un côté religieux et spirituel en plus !

Aujourd’hui encore, le site attire de nombreuses personnes. Si vous faites partie des curieux, vous pouvez par exemple commencer à vous renseigner sur la page de l’UNESCO dédié au temple de Delphes.

 

 

Bas-relief représentant une scène de mythologie grecque avec plusieurs divinités.

Deux légendes grecques à ce sujet

Pour qu’un concept, qu’un particularité architecturale ou qu’un objet de culte, l’omphalos est également un élément mythologique présent dans de nombreuses légendes grecques.

Nous en avons ici sélectionnées deux pour vous.

La première décrit comme le dieu Zeus aurait fait lâcher deux aigles royaux aux deux points les plus éloignés de notre monde. Il leur ordonna alors de traverser la terre entière, l’un de haut en bas et l’autre de gauche à droite. (Certains Grecs pensaient encore que la terre était plate).

L’endroit où ils se rencontrèrent fut alors décrite comme le centre du monde, son nombril… en somme, son omphalos !

Une pierre fut alors dressée en ce lieu oh combien particulier, à savoir le mont Parnasse sur lequel se dresse aujourd’hui encore le temple de Delphes.

Le second mythe nous parle nous pas de l’endroit où se situe l’omphalos, mais plutôt de la nature et de la raison d’être de cette pierre.

Il y a bien longtemps de cela, le célèbre titan Cronos, par peur d’être un jour renversé, décida de dévorer tous ses enfants. (Cela est particulièrement cruel, mais la mythologie grecque est faite de ce type d’évènements à comprendre d’un point de vue symbolique).

La mère des petits réussi tout de même à en sauver (connu sous le nom de Zeus), qu’elle échangea au dernier moment avec une énorme pierre qui sut tromper Cronos.

Cette pierre, vous vous en doutez, constitue notre fameux omphalos.

Plus tard, la légende se termine par la vengeance de Zeus qui alla rechercher ses frères et sœurs du ventre de leur père.

Ce type d’histoire au sens spirituel profond est vraiment typique de la culture grecque. Pour en apprendre plus à ce sujet, découvrez donc ici nos différents symboles et porte-bonheurs grecs.

 

 

Symboles de plusieurs grandes religions représentées sur un masque mystérieux au milieu de la brume.

L’omphalos dans les autres religions

L’omphalos est donc avant tout un concept grec liés à la mythologie très riche qu’a su développer ce peuple.

À côté d’eux, tout un tas de peuples a pu développer des concepts proches, et parfois même d’une étonnante similitude.

Ce sont justement d’eux que nous allons parler maintenant.

 

Le serpent originel : une quasi constante

L’idée d’un être central à notre monde est quelque chose de très répandu dans les cultures anciennes.

En Inde par exemple, les sages ont conceptualisés une sorte de serpent gigantesque enroulé autour d’un orbe d’énergie place au centre de l’univers.

Si nous allons cherché du côté des Mayas, nous pouvons rencontrer des personnages similaires qui garderait un porte cachée donnant accès au domaine des esprits, elle aussi placée au centre des mondes connus.

Les Vikings ont pu imaginé des choses semblables avec leur fameux Ouroboros, le serpent géant qui se mord infiniment la queue.

 

Le baetylus des Juifs

Selon de nombreux linguistes, le terme hébreu « baetylus » serait une traduction parfaite d’omphalos.

Même si il semblerait que les Juifs, pratiquant par définition une religion monothéiste, ne leur vouait un culte d’aucune façon que ce soit, c’est toujours intéressant de noter qu’ils connaissaient le concept caché derrière.

 

Le raiju des Japonais

Le folklore japonais nous parle de quelque chose de très semblable à notre omphalos : le raiju.

Comment souvent en Japonais, ce terme peut désigner plusieurs choses.

D’une part, il sert à parler des éclairs. D’une autre, il décrit le nombril (des hommes mais également des mondes)

Si il y a un lien à faire entre ces deux concepts, pour notre part, nous avons bien du mal à le trouver…

 

Des monuments du monde chrétien…

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, les Chrétiens ont parfois pu inclure certains éléments de rites païens dans leurs doctrines. (Forcément, après les avoir modifiées et leurs avoir donné un sens plus pieux.)

Il semblerait que cela ait été le cas pour l’omphalos, dont nous pouvons retrouver certains « exemplaires » dans des temples et églises.

Nous utilisons le condition car, au final, cette information ne met pas les historiens d’accord.

 

…et d’autres propres à l’Islam

Lorsque nous réfléchissons à la religion musulmane, il y a un monument central qu’il est assez facile de mettre en parallèle de l’omphalos : la Kaaba de La Mecque.

Bien que n’étant jamais clairement reliée à l’omphalos des Grecs, ce monument constitue en soi un rocher géant servant de centre à l’Islam et aux Musulmans.

Établir un rapprochement n’est donc pas dénué de sens.

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.