Porte-bonheur breton

 

Le porte-bonheur breton : pluie glaciale mais chaleur humaine

La plupart des Bretons se perçoivent comme constituant un groupe distinct du reste de la France, du moins culturellement. Dans son ensemble, ce peuple est beaucoup plus proche de la culture celtique. Ils n'ont pas forcément tord. De plus, cela s'applique aussi au porte-bonheur breton.

Morbihan, Finistère, Côtes-d'Armor, Ille-et-Vilaine : les traces de la civilisation celte y restent très présentes. Il suffit d'ouvrir les yeux voir l'héritage du passé, que ce soit dans les danses et tenues traditionnelles, la cuisine... ou dans un porte-bonheur breton.

Appelé "gwenn ha du" par les locaux, le drapeau régional est tout à fait emblématique de la Bretagne. Il a d'ailleurs su conquérir le coeur de millions de gens. Peut-être est-ce votre cas à vous aussi, qui sait ?

La terre de "Breizh" comme l'appellent les Bretons présente donc assurément une culture forte. Ses crèpes et son cidre ont su séduire les papilles. Ses nombreuses églises et saints locaux ont plu aux âmes et son héritage celtique à la part de valeur qu'il y a en chaque homme.

Sur cette terre de légendes et de mythes qu'est la Bretagne, de nombreux symboles peuvent surgir au cours de nos ballades. Menhirs, dolmens, cercles de pierres ou gravures de triskel et de croix celtique... Tout cela fait partie d'un même univers : celui du porte-bonheur breton. Un univers qui a toujours brillé par sa richesse et son attachement à un passé glorieux. Et qui brillera encore longtemps.