Drapeaux de prière tibétains : 16 informations étonnantes

Drapeaux de prière tibétains : 16 informations étonnantes

Le Tibet est une terre de coutumes et de traditions.

Dans son air plane un profond air de spiritualité qui ne manque jamais de ravir les touristes qui découvrent le pays pour la première fois.

Le toit du monde est connu pour ses rituels particuliers, son système de croyances unique et ses accessoires religieux originaux.

En pensant au Tibet, une des premières choses qui nous vient en tête, ce sont les pics montagneux recouverts de neige, les monastères… et bien sur les fameux drapeaux de prière bouddhistes.

Les drapeaux tibétains ne sont pas de simples décorations. Les habitants de l’Himalaya les accrochent en effet toujours avec des intentions bien précises en tête.

Vous allez le voir, ils constituent une partie importante du système de croyance tibétain.

 

 

Montagnes du Tibet et de l'Himalaya

Introduction

Le Tibet est une des régions du monde parmi les plus mystérieuses. Nous avons d'ailleurs dédié une collection entière aux porte-bonheur tibétain.

Les drapeaux tibétains sont traditionnellement suspendus en hauteur pour attraper le vent.

Ainsi, les puissants mots qui y sont écrits pourront être propagés par les bourrasques, et portés aux oreilles de tous les êtres vivants aux alentours.

Voici quelques exemples de phrases qui peuvent être écrites sur ce porte-bonheur tibétain :

"Que la pluie tombe au bon moment.

Que les récoltes et le bétail soient abondants.

Qu'il n'y ait pas de maladie, de famine et de guerre.

Que tous les êtres soient bien et heureux. "

Après de nombreuses recherches sur le Bouddhisme tibétain, et ses fameux drapeaux de prière, nous avons faits quelques découvertes que nous allons maintenant vous présenter.

 

 

drapeaux porte-bonheur du Bouddhisme tibétaines devant les montagnes de l'Himalaya

1) Le drapeau de prière : un marqueur culturel tibétain

Les drapeaux tibétains sont des carrés de tissu coloré suspendus à l'extérieur.

Ils sont utilisés pour promouvoir des valeurs comme la compassion, la paix, la force et la sagesse, mais également pour porter des prières et des mantras à travers le vent.

Nous pouvons généralement le voir aux sommets des montagnes et autour des sanctuaires liés au Bouddhisme tibétain.

Si nous les retrouvons à des endroits si particuliers, c’est parce que les Tibétains croient (et nous aussi d’ailleurs !) dur comme fer que ces drapeaux bouddhistes ont le pouvoir bénir les alentours de l’endroit où ils se trouvent.

Les drapeaux sont en fait utilisés par groupe, et attachés à un poteau en bois allant de 1 à 20 mètres de haut.

Ceux-ci, une fois planté dans le sol, vous permettrons de repérer les temples bouddhistes, où d’autres sites qui valent le détour.

Nous pouvons souvent en voir ici et là lors de la randonnée au Tibet

Il peut donc être sage pour un touriste de s’aider ce type de porte-bonheur tibétain pour se repérer lors de ses balades et randonnées.

Puisque les drapeaux bouddhistes ont des mantras sacrés et des symboles respectés sur eux, ils sont considérés comme tout aussi sacrés et sont traités avec le plus grand respect.

Les Tibétains ajoutent en continu de nouveaux drapeaux à côté des anciens. Cela symbolise la façon dont les nouvelles vies prennent les pas sur les anciennes.

Les drapeaux tibétains, selon le Bouddhisme, sont également réputés pour pouvoir guider les âmes vers le chemin du Nirvana.

Nous avons donc à faire à un porte-bonheur aux intérêts multiples.  

 

 

Drapeaux rectangulaires devant des branches

2) Lung-ta vs Dar Cho, carré vs rectangulaire

Il existe deux types différents de drapeaux tibétains : le Lung-ta, qui signifie « cheval du vent », et le Dar Cho qui lui pourrait se traduite par « la fortune pour tous les êtres vivants ».

Les drapeaux Lung Ta sont horizontaux tandis que ceux de Dar Chog sont verticaux.

Les premiers sont principalement hissés au sommet des monastères, des temples et des stupas tandis que les autres ornent généralement les montagnes et les buttes.

Bien que les drapeaux en forme de carré et à cordes horizontales soient sans doute les plus courants, ils ne représentent pas le seul type drapeau porte-bonheur tibétain que vous verrez utilisée sur les sites sacrés.

Il existe par exemple certains types dont la forme est beaucoup plus allongée.

Vous pouvez ici voir à quoi ressemble ces drapeaux de prière rectangulaires.

 

 

Cinq couleurs des drapeaux devant un beau ciel bleu

3) Drapeaux bouddhistes : 5 couleurs, pour 5 sens

Les drapeaux tibétains sont beaux et peuvent décorer un jardin d’une manière très spirituelle, mais leurs couleurs ne sont pas seulement là pour le spectacle.

Les Tibétains sont très pointilleux quant à la couleur et l'ordre de mise en place des drapeaux bouddhistes.

Comme souvent, l’aléatoire et le hasard n’ont pas leur place ici. La technique est rigide quand il s’agit de mettre les drapeaux de prière dans le bon ordre.

Chacune des couleurs a une signification spéciale et l'ordre lui-même fait allusion à une croyance particulière issue du Bouddhisme tibétain.

Les drapeaux tibétains forment traditionnellement un ensemble de cinq, un pour chacune des cinq couleurs.

Nous retrouvons dans l’ordre (de gauche à droite) : le bleu, le blanc, le rouge, le vert et le jaune.

 

 

Multitudes de petits drapeaux de prière tibétains sur plusieurs lignes

4) Description de ces cinq couleurs 

Selon l’explication la plus courante, chaque teinte représente un élément, de manière à ce qu’ils forment un tout cohérent lorsqu’ils sont ensemble.

Voici une explication pour chacune d’elle :

  • Le bleu représente le ciel. Il symbolise l'immensité de l'espace. On dit que cette couleur a la possibilité de calmer les âmes perturbées, de les aider à méditer et ainsi à accueillir la sagesse en eux. Cette couleur représente donc la pureté du Bouddhisme, et nous rappellent les intérêts que la méditation peut avoir.
  • Le blanc représente symbolise l’élément vent. Dans la tradition tibétaine, c'est la couleur de la connaissance. Elle a donc le pouvoir d’éloigner toutes les malédictions découlant de l’ignorance, tout en illuminant notre existence par la lumière de la connaissance.
  • Le rouge est associée le feu. Il rassemble la force de vie qui nous pousse à nous battre pour nous et nos proches. Ce sont là des valeurs très importantes au Tibet.
  • Le vert représente l'élément eau. Cette couleur est là pour la fraternité, la paix et l'harmonie du coeur.
  • Le jaune est associé à la Terre. Il symbolise le renoncement. Une des clés de compréhension qui découle de l’illumination, c’est que tout sur Terre est égal, indépendamment des différences apparentes.

La santé et le bonheur résultent de l’état d’harmonie qui découle de l’union de ces cinq éléments.

Voilà peut-être pourquoi il fait si bon vivre au Tibet.

Notons également que, selon la tradition bouddhiste originelle, les drapeaux doivent impérativement être suspendus horizontalement par groupe de cinq.

 

 

Stupa bouddhiste tibétaine avec des drapeaux de prière accrochés dessus

5) D’autres théories sur les drapeaux de prière bouddhistes

Certaines traditions bouddhistes moins répandues prétendent que les cinq couleurs représentent cinq esprit élémentaire de la nature. D’autres parlent de « cinq lumières pures ».

Les couleurs sur les drapeaux tibétains peuvent également représenter les cinq dhyani bouddhas (ou bouddhas de méditation) : le Bouddha Akshobhya, le Bouddha Vairocana, le Bouddha Amitabha, l’Amoghasiddhi et le Bouddha Ratnasambhava.

Cet ensemble de cinq couleurs, également connu sous le nom de « Pancha Varna » peut d’influencer la façon dont nos méditations se déroulent.

Se focaliser sur une couleur en particulier est en réalité une pratique répandue du Bouddhisme tibétain.

 

 

Corbeau sur un rocher à côté de drapeaux de prière bouddhistes ,un  porte-bonheur tibétain

6) Les symboles religieux les plus répandus pour décorer ce porte-bonheur tibétain

Les drapeaux bouddhistes tibétains sont souvent bénis avec des prières, mantras sacrés, et autres porte-bonheur tibétain.

L’un de ces symboles principaux est la figure du Lung Ta : un puissant cheval du vent portant trois joyaux enflammés (appelés « joyaux de l'illumination ») sur son dos.

Ce cheval sacré symbolise la vitesse et la chance.

Les Tibétains croient que, selon que le Lung Ta soit à l’endroit ou à l’envers, son effet sera marqué de quelques nuances différentes.

Traditionnellement, le Bouddhisme incite à utiliser ce genre de symbole sur les drapeaux afin de bénir la vie des gens habitants dans le Tibet tout entier.

En accompagnement du Lung Ta, les quatre coins du drapeau sont souvent décorés des « Quatre Dignitaires » : le dragon du ciel, le Garuda, le lion des neiges et le tigre.

Le « Tashi Targye » est un groupe de huit figures qui est souvent dessiné sur les drapeaux de prière tibétains.

Ces symboles incluent le parasol, le vase, la coquille de conque, le poisson doré, le lotus, la bannière de la victoire, le nœud sans fin et la roue du dharma.

Tous ces symboles ont des connotations et des significations distinctes, et mériteraient un article à eux tout seul. (D’ailleurs, n’hésitez pas à nous dire si cela vous dit que nous nous y intéressions !)

 

 

Gros plans sur les mantras écrits sur un drapeau de prière tibétain blanc

7) Le pouvoir des mantras dans le Bouddhisme et au Tibet

Ce type de porte-bonheur tibétain est toujours orné de mantras sacrés, qui sont alors inscrits dessus.

Nous pouvons par exemple mettre en avant les mantras du Padmasambhava, d’Avalokiteshvara et du Manjushri qui sont souvent inscrits chacun plusieurs fois sur ces drapeaux.

Les drapeaux tibétains portent souvent l’hymne suivant : « Om mani padma hum ». (Om = saint, mani = bijou, padma = lotus, hum = illumination)

Ensemble, ces mots n’ont pas pour but de former une logique particulière, mais plutôt d’allier les pouvoirs qui leurs sont associés afin de nettoyer l'homme de ses vices et erreurs en lui donnant persévérance, intelligence, sagesse, compassion et renoncement à l’éphémère.

Grâce au vent alors, ces mantras seront soufflés dans chaque recoin du monde, répandant ainsi spiritualité et bonne volonté absolument partout où il ira.

 

 

Paysage bu du haut d'un montagne et montrant le monde entier, avec des drapeaux de prière au premier plan

8) Un porte-bonheur devenu mondial

Partout dans le monde, mais surtout en Asie, nous pouvons trouver des drapeaux bouddhistes dans les crêtes, les cols de montagne, entre les arbres, les rochers, au sommet des monastères, des stupas et des temples…

Bref, ce porte-bonheur tibétain a su s’exporter et conquérir le cœur de millions de personnes.

 

 

Temple tibétain du Bouddhisme sur lequel des milliers de drapeaux sont accrochés

9) Une légende issue du Bouddhisme propre au Tibet

Selon un mythe bouddhiste, les premiers drapeaux de prière furent utilisés par Siddharta Gautama, le Bouddha lui-même, et ce afin d’y inscrire les enseignements sur lesquels sa religion est fondée.

Les dévas, un type d'entité non humaine semblable à un dieu, porteraient de tels drapeaux pour s’aider de la puissance des préceptes du Bouddhisme dans leur combat contre les asuras, un type de demi-dieu démoniaque.

(Dans le Bouddhisme comme dans l’Hindouisme, il y a des milliers de types de dieux et divinités différents)

 

 

Drapeaux de prière accrochés à une fourche de guerre et servant d'étendards

10) Origine du drapeau de prière tibétain

Les drapeaux de prière sont en fait antérieurs au Bouddhisme au Tibet.

Bien que les drapeaux soient le plus souvent associés à ce pays, ce serait, selon toute probabilité, en Inde que leurs pouvoirs auraient été découverts.

Les habitants de l’Himalaya ont donc été en contact avec ces drapeaux des siècles avant de les intégrer à leur culture.

Les historiens estiment que c’est au 11ème siècle de notre ère que l’utilisation ce porte-bonheur tibétain commença à vraiment se répandre dans la région.

Ils servirent en fait dans un premier temps plutôt d’étendards, et étaient accrochés aux bannières portées par les seigneurs de guerre de la région de l’Himalaya.

À l'origine, ils étaient peints à la main un par un. Ils devaient donc être commandés longtemps à l’avance et leur prix élevés les réservaient aux hommes les plus riches.

Ils perdirent au fur et à mesure leur sens guerrier pour symboliser (et donc encourager) des valeurs comme la paix, la force, la compassion et la sagesse.

Aujourd'hui, les drapeaux tibétains sont décorés de prières, de mantras et de symboles bouddhistes à l'aide d'une méthode d'impression sur bois, ce qui facilite la fabrication et donc leur obtention.

 

 

Drapeaux de prière agités par le vent devant les montagnes du Tibet

11) Un messager inattendu

Nombre de Tibétains pensent que les drapeaux bouddhistes hissés par une personne au cœur pur porteront leur message directement auprès des divinités.

Le drapeau chanterait en quelque sorte une prière profondément marquée par des idéaux le bonheur, la longévité et la paix... directement auprès des oreilles de l’univers.

Il s'agit d'une idée courante au Tibet, mais pourtant fausse : les mantras imprimés sur les drapeaux sont plutôt portés par le vent, qui est alors censé répandre des intentions bienveillantes et une énergie positive partout où il va.

Ce ne sont donc pas les dieux aux-même qui transportent les mantras écrits sur les drapeaux bouddhistes.

Il est intéressant de noter que lorsque les drapeaux de prière tibétains se font déchirer par le vent et s’estompent dans le monde, cela est considérant comme un bon présage, et un signe de l’efficacité du rituel.

Les prières sont alors transportées dans le monde entier.

 

 

Drapeaux bouddhistes avec de la givre hivernale dessus

12) Le pouvoir de l’intention lors de l’accrochage…

Les drapeaux tibétains étant sacrés, ils ne doivent pas être utilisés à d'autres fins que spirituelles.

Ils ne doivent jamais être gardés au sol, et vos pieds ne doivent jamais les toucher.

Au Tibet, l’état d’esprit lors de l’accrochage des drapeaux est très important.

Il n'est pas forcément nécessaire de suivre les préceptes du Bouddhisme pour accrocher des drapeaux tibétains, mais sachez tout de même qu’il existe une manière très codifier de mettre en place.

Tout en suspendant vos drapeaux tibétains où vous avez choisi qu’ils seraient le plus à leur place, il est important de garder à l'esprit des idées motivantes et altruistes.

Cela pour permettra de rester en accord avec le but premier des drapeaux, qui est de répandre la positivité à une plus grande échelle.

Par exemple, si au moment d’accroché ses drapeaux bouddhistes, l’individu pense au plus profond de son âme : « Que tous les êtres, partout dans le monde, reçoivent ces bénéfices et trouvent le bonheur », la vertu associée à une telle motivation augmentera considérablement la puissance des prières.

 

 

Grand nombre de drapeaux tibétains sur couchés sur une table

13) … et du décrochage !

Il en va de même pour leur destruction. À mesure que les drapeaux bouddhistes se font déchiqueter par le vent, ils deviennent une partie à part entière de l'univers.

Les anciens drapeaux sont remplacés par de nouveaux le jour du nouvel an tibétain.

En raison du caractère absolument sacré des inscriptions que l’on trouve sur les drapeaux bouddhistes, ils ne doivent n’être ni utilisés dans les vêtements ni être jetés à la poubelle.

Si vraiment, il faut les enlever pour une raison ou une autre, les anciens drapeaux tibétains devront être brûles selon un rituel bien particulier du Bouddhisme tibétain sensé porter les prières vers le ciel.

Les Tibétains croient en effet que brûler les vieux drapeaux de prière bouddhistes permettra, par la fumée, de porter une dernière fois les bénédictions au reste du monde.

De la même façon que pour l’accrochage, les anciens drapeaux doivent donc être remplacés avec un respect à tout épreuve.

 

 

Corde de drapeaux de prière en hiver et recouvert de neige, devant une vallée enneigée de l'Himalaya

14) Un calendrier très codifié au Tibet !

Comme souvent dans le Bouddhisme tibétain, les rituels liés aux drapeaux de prière très codifiés.

En se basant sur le calendrier tibétain, nous pouvons dire que certains jours sont propices (et donc que d’autres sont mauvais) accrocher des drapeaux bouddhistes.

Selon la légende, si vous les suspendez au mauvais moment, vous ne recevrez non pas les bénédictions qui sont liés à vos drapeaux, mais bien leur exact opposé, voir même des résultats encore plus désastreux.

Ainsi, les Tibétains hissent généralement les drapeaux bouddhistes au petit matin. Cela doit aussi être un jour où le soleil est chaud et brille au-dessus des montagnes tibétaines.

Voici une liste des mauvaises dates selon le calendrier tibétain:

  • 10e et 22e des premier, cinquième et neuvième mois
  • 7e et 19e des deuxième, sixième et dixième mois
  • 4e et 16e des troisième, septième et onzième mois
  • 1er et 13e des quatrième, huitième et douzième mois

Le lundi, en général, est un bon jour pour accrocher des drapeaux tibétains et le vendredi est carrément excellent.

De plus, les drapeaux de prière sont hissés en tenant compte de la vitesse du vent. C'est généralement une bonne idée de placer vos drapeaux les jours de vent afin que les mantras inscrits dessus aient, dès le début, la chance de parcourir le monde.

 

 

Milliers de drapeaux de prière du festival de Saga Dawa

15) Saga Dawa : un festival essentiel du Bouddhisme tibétain

Le festival nommé « Saga Dawa » a lieu chaque année au Tibet.

Sans doute le plus important rassemblement religieux du pays, il est  bien entendu lié au Bouddhisme.

Cet événement prend place pour commémorer le moment où Sakyamuni (un surnom du Bouddha) a atteint l'illumination, et est généralement respecté en visitant les temples, en allumant des lanternes et en pratiquant le partage et la générosité.

L'un des événements les plus importants du Saga Dawa est le remplacement du mât de Tarboche, un poteau recouvert de drapeaux tibétains qui se dresse sur la montagne sacrée de Kailash.

C’est le premier jour du calendrier tibétain lunisolaire que cette fête est célébrée.

Ce jour-là donc, les vieux drapeaux tibétains sont démontés et, comme indiqué précédemment, ils sont brûlés dans le cadre d’une cérémonie très codifiée.

 

 

Quelques drapeaux bouddhistes sous le ciel bleu du monde

16) Les drapeaux de prière tibétains : un phénomène mondial

Tous les rituels tournant autour des drapeaux bouddhistes montrent la spiritualité des habitants du Tibet, qui reposent en grande partie sur un système de croyance immuable depuis des siècles.

Ce qui ne semble être que de vulgaires drapeaux pour nous se révèle pour d’autres être des outils quasi miraculeux.

Les Tibétains croient tellement fort à leur pouvoir que cela impressionna le reste du monde.

Par conséquent, il arrive souvent que même des non-croyants finissent par être convaincu de l’efficacité des drapeaux de prière bouddhistes.

 

 

Drapeaux tibétains accrochés dans les hauts plateaux de l'Himalaya

17) Conclusions

Les Tibétains considèrent que recevoir des drapeaux de prière en cadeau est un bon signe.

C'est un peu pour eux comme si une divinité leur avait envoyé des bénédictions sous forme de drapeaux.

Si l'espoir et la croyance sont les forces principales sur cette Terre, eh bien les drapeaux de prière détiennent en eux l'espoir et les aspirations d'un peuple entier.

Il s’agit donc d’un porte-bonheur tibétain de premier plan.

Les habitants de l’Himalaya savent que, quel que soit le problème, un drapeau flottant au vent les sauvera de tous les dangers.

Par conséquent, chaque fois que vous voyagez au Tibet, n’hésitez pas à vous fournir des drapeaux bouddhistes pour vous aussi profitez de leurs pouvoirs.

Si vous n’avez pas la possibilité de visiter ce merveilleux pays, pas d’inquiétude : nous vous proposons des drapeaux de prière tibétains originaux.

Cet article vous a-t-il plu ? N’hésitez pas, si c’est le cas, à le partager sur les réseaux sociaux, et à vous abonnez à notre newsletter.

 

 

Porte-bonheur présenté dans cet article :

 Drapeaux bouddhistes tibétaines de toutes les couleurs

 

 


2 commentaires

  • Merci beaucoup

    Très instructif et intéressant. Namasté 🙏☸️🕉🌈

  • Benakli

    Merci infiniment pour cet éclairage très complet sur les drapeaux Tibétains .

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés


Vous aimerez aussi

Mais en fait, c’est quoi un moulin à prière tibétain ?
Mais en fait, c’est quoi un moulin à prière tibétain ?
Un moulin à prière est un outil composé d’une roue cylindrique faite de métal, de bois ou de pierre, souvent magnifiquement décorée, que l’on a mon...
Découvrir