Grigri africain : comprendre son sens et son fonctionnement

décembre 14, 2020 5 min de lecture

Masque africain traditionnellement utilisé au cours de rituels religieux.


L’utilisation de grigri est quelque chose de très ancien.

Les Africains et leurs descendants s’en servent depuis des temps immémoriaux dans le cadre de leurs pratiques culturelles, mais surtout spirituelles.

Les grigris africains font en fait partie de ce que les experts appellent le fétichisme. Rien de sexuel ici, le fétichisme correspond plutôt à une branche des spiritualités animistes selon laquelle la puissance d’une chose se retrouverait dans une de ses parties.

Concrètement, une mèche de poils de lion contient la puissance du lion dans son essence, une dent de crocodile est liée au caractéristique de cet animal, etc.

Vous avez compris ?

Si c’est le cas, intéressons-nous alors ensemble au sujet du grigri africain pour vous ce que nous pouvons en apprendre !

 

Table des matières :

 

 

Africain en tenue traditionnel dans un village de l'Ouest du continent.

Définition du grigri africain

Que vous les écriviez grigris, gris-gris ou de la façon que vous voulez, ces objets renverront basiquement à la même réalité.

Selon les religions traditionnelles d’Afrique mais aussi d’ailleurs, il serait possible de conjurer le mal et de s’assurer une certaine protection par le port d’objets bien particuliers.

L’étymologie du mot n’est pas vraiment claire. Lorsque nous nous penchons sur la question, il semblerait que le terme « grigri » viennent de « juju » (un terme qui vous sera mieux expliqué ici), un mot d’Afrique de l’Ouest servant à désigner des objets sacrés.

De par l’utilisation importante des poupées comme grigris (les fameuses poupées vaudous), des spécialistes ont émis l’hypothèse que « grigri » pourrait être issu de « joujou », un mot français enfantin décrivant les poupées.

Les premiers explorateurs européens auraient ainsi confondus des objets religieux et magiques avec des jouets d’enfants !

Quoi qu’il en soit, le mystère reste entier…

En fait, l’origine même du grigri africain divise les historiens.

Certains les voient comme des images de divinités, ou tout du moins le moyen de leur rendre hommage.

D’autres les associent à la sorcellerie traditionnelle et aux rites (parfois assez obscurs d’ailleurs) qui furent autrefois pratiqués en Afrique.

Quoi qu’il en soit, le fait est que le grigri africain n’a rien perdu de sa puissance avec le temps et que, aujourd’hui encore, des millions de personnes sont prêtes à lui accorder leur confiance.

 

 

Étale d'un marché au grigris africains sur lequel se trouve des porte-bonheurs et des masques.

Quelques exemples de grigris utilisés aujourd’hui encore

Nous l’avions évoqué en introduction : un grigri africain se basera souvent sur le pouvoir d’êtres ou d’éléments issus du monde naturel afin de s’accaparer leurs pouvoirs.

Des dents de crocodiles ou de lion, un morceau de peau de rhinocéros et la mue d’un serpent peuvent ainsi tous servir à créer des grigris puissants.

Un peu de sable venant d’une terre sacrée ou l’écorce d’un espèce d’arbre particulière, là aussi, peuvent renfermer des qualités intéressantes.

L’un de ces éléments les plus célèbres est sans aucun doute la patte de lapin (dont vous trouverez ici un exemplaire un peu spécial), qui fut popularisé grâce au cinéma hollywoodien du début du 20ème siècle.

Bref, de nombreux éléments de la nature peuvent servir à créer de tels porte-bonheurs.

Pour fusionner leurs pouvoirs, ils sont d’ailleurs souvent rassemblés dans de petits saces connus sous le nom de « sac mojo ».

Une autre tradition majeure quant au grigri africain est l’utilisation de figurines et de poupées.

Tandis que certains statuettes en bois servent d’idoles, d’autres sont le centre de rituels secrets.

Faites de matériaux peu durables (comme le bois ou la toile de jute), ces personnages sont souvent destinés à être brûlés au cours de grandes cérémonies.

Regardez par exemple ce grigri sous forme de poupée : ses proportions étonnantes lui confèrent forcément un aspect mystérieux, presque mystique.

Pour éveiller votre curiosité, voici une liste de différents chose qui peuvent servir de grigri africain :

  • Des représentations (ou mieux, des parties) d’animaux
  • Des bagues, amulettes et talismans… bref, des bijoux porte-bonheurs
  • Certaines pierres ou minerais, comme le fer ou le quartz
  • Des herbes et des huiles
  • Des vêtements portés par certaines personnes importantes
  • Des signes et symboles religieux

 

 

Plusieurs masques africains servant de grigri au cours des rites.

Mais en fait, pourquoi les Africains ont-ils utilisés des grigris ?

C’est vrai ça !

Un grigri africain peut être puissant, voire très puissant. Soit.

Mais pourquoi donc les habitants de l’Afrique, plus qu’ailleurs, ont ressenti le besoin de les utiliser ?

La raison à cela est en fait simple : ce continent est celui de tous les dangers.

Il n’y a que peu d’endroits au monde qui regroupent  autant d’animaux féroces que la savane africaine. Les déserts du Sahara ou de Namibie sont particulièrement hostiles à la vie, et la jungle du centre de l’Afrique est peuplé de maladies mortelles et d’espèces (animaux comme plantes) très venimeuses.

Face à de tels dangers, il est tout à fait compréhensible que les hommes aient cherchés à se protéger. L’utilisation de grigris fut l’un des solutions trouvées.

Les Africains ont en tout cas développé une relation particulière à la magie et à la spiritualité, ça c’est clair !

Ils ont d’ailleurs transmis cette relation à leurs descendants… et ce sur tous les continents où ils sont allés.

C’est justement de cela que nous allons parler maintenant.

 

 

Peinture murale représentant une déesse vaudou entourée de symboles magiques.

La place du grigri dans le vaudou

Nous ne pouvions parler du grigri africain sans parler du vaudou.

Tradition vielle de quelque siècles seulement, ce courant spirituel se développa dans les colonies des Amériques, là où plusieurs cultures se sont rencontrés « de force ».

Les africains réduits en esclavage y travaillaient en effet aux côtés d’indigènes locaux et de colons européens.

Cette confrontation des cultures amena à certains mélanges… notamment le vaudou.

Cette religion (car, oui, le vaudou est une religion à part entière) a en fait vu la fusion d’éléments du Christianisme avec quelques-uns issus des cultes locaux, le tout sur une base largement africain et animiste.

Si vous êtes curieux et désirez en apprendre plus, voici un ensemble d’objets et de porte-bonheurs issus du vaudou qui devrait satisfaire votre curiosité. Pour aller plus loin encore, cet extrait d’un ouvrage sur l’identité culturelle vaudou vous plaira également.

Bref, parmi les nombreux élément que le continent noir a apporté au vaudou, le grigri africain tient une place particulière.

Difficile en effet de passer à côté des nombreux charmes, amulettes et autres poupées évoquant les anciens rites africains.

La légende fondatrice du vaudou elle-même, l’histoire de Marie Laveau, nous parle de l’utilisation de grigris étranges faits d’os et de poussières trouvées dans les cimetières. L’histoire de cette femme est vraiment étonnante. Vous pourrez le vérifier vous-même ici grâce à cette biographie de celle que l’on appelle la « reine du vaudou ».

En tout cas, quand un tradition s’exporte de cette façon, il y a fort à parier qu’il se cache une part de vérité derrière… Vous ne pensez pas ?

 

 

Porte-bonheurs présentés dans cet article :

Bannière présentant une paire de pattes de lapin.

Bannière avec une poupée vaudou faite de bois.

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.