La déesse Hécate : de la mythologie grecque au wicca

La déesse Hécate : de la mythologie grecque au wicca

Hécate est une déesse mystérieuse.

Issue du panthéon grecque mais très probablement dérivée de divinités encore plus anciennes, Hécate est aujourd'hui une figure centrale du wicca.

Auparavant connue pour ses grands pouvoirs (elle aurait un jour contrôle la terre, le ciel et les mers… rien que ça), sa place se fit de moins en moins importante au fil du temps.

Pourtant, la déesse Hécate connait un renouveau ces dernières années grâce aux recherches de certains courants issus du wicca et de la « sorcellerie ».

Dans la mythologie grecque, Hécate est associée à certaines pratiques occultes et son lien avec les enfers semble confirmé par plusieurs sources.

Déesse ambivalente, tantôt punissant et tantôt récompensant ses alliés, Hécate est assurément un personnage atypique qui mérite tout du moins que nous nous y intéressions.

C’est d’ailleurs ce que nous allons faire.

 

 

 

Statue grecque en marbre d'Hécate, déesse de la mythologie

Hécate et mythologie

La déesse Hécate est entourée de mystères.

En fait, il y a encore un débat entre spécialiste sur son origine, son caractère et même son véritable nom.

Nous ne connaissons malheureusement que peu de légendes à son sujet et elle ne se trouve dans aucune généalogie officielle.

Ne vous inquiétez pas : il existe toutefois certaines théories à son sujet.

Certains disent qu'Hécate est la fille d'Erebus et de Nyx, déesse éternelle de la nuit, tandis que d'autres croient qu'elle est l'une des Furies.

Il existe même une théorie disant qu’Hécate est le dernier Titan survivant à l’attaque de Zeus.

Si la mythologie grecque vous intéresse, vous trouverez sans doute une mine d'informations en vous intéressant à nos porte-bonheur gréco-romains préférés.

 

 

Statue primitive de la déesse Hécate

Hécate et mythologie : vraiment un déesse grecque ?

Il est probable que les légendes racontant sa naissance aient évolué à mesure que les groupes sociaux qui la vénéraient changeaient.

Certains lui ont voues un culte plus ou moins important, oui, mais jamais aucun clan grec n’a revendiqué la descendance d’Hécate (contrairement à la plupart des dieux du panthéon hellénique).

Cela soutient une théorie étonnante : la déesse Hécate serait en réalité originaire de l'extérieur de la Grèce.

Selon certains historiens, Hécate serait probablement issue de la mythologie des Kariens, un peuple du sud-ouest de l'Asie Mineure.

Elle aurait alors intégré le système de croyance grec vers le sixième siècle avant notre ère.

Cependant, il existe d’autres preuves qui amènent à penser qu’Hécate aurait évolué à partir de la déesse égyptienne Héqet. (Héqet, Hecate… vous voyez le lien ?)

Protectrice des sages-femmes, Héqet était représenté avec une tête de grenouille.

En fait, dans l'Égypte ancienne, la matriarche, occupait le rôle de sage-femme de la tribu, était appelée la «heq».

Il est intéressant de noter que la déesse Hécate est elle aussi associé à l'accouchement.

 

 

Tête sculptée dans le grès d'une déesse grecque

Hécate et mythologie : signification de son nom

Le nom d'Hécate a plusieurs significations possibles.

« Celle qui fait selon sa volonté » est la plus communément admise, mais certains hellénistes suggéreront plutôt que « la lointaine » serait une meilleure traduction.

D’autres encore l’appelleront plutôt « la brillante ». Des représentations d’Hécate trouvés dans des temples grecs datant du 4ème siècle avant notre ère semblent appuyer cette théorie.

Elle y est en effet représentée sous les traits d’une jeune femme à la fois belle et puissante.

Dernière théorie mais pas la moins intéressante : «Hécate» serait l'équivalent féminin d’ «Hekatos», une épithète obscure d'Apollon, à laquelle elle est parfois associée.

Quoi qu’il en soit, le nom d’Hécate est associé à un certain tempérament et à un bon paquet de mystères.

 

 

Triple déesse sur un ciel bleu menaçant

Hécate et mythologie : membre d’un trio plus important

L’apparition la plus connue d'Hécate dans le corpus mythologique grec se trouve dans les hymnes d’Homère à Déméter.

La fille de Déméter, Perséphone, la déesse du printemps, jouait dans les prairies lorsque Hadès émergea des Enfers et la captura.

Hécate assista à la scène et s’empressa de tout révéler à Déméter. Les deux déesses décidèrent de ses rendre dans les enfers pour négocier avec Hadès.

Ils parvinrent tous ensemble à un accord : Perséphone passerait une partie de l’année sur terre, et une partie aux enfers.

De plus, ce serait à Hécate de la guider lors de ses voyages entre les deux mondes.

Depuis lors, Hécate, Perséphone et Déméter forment ce que certains appellent la « triple déesse », une figure venant de temps immémoriaux et composée d’une jeune fille, d’une mère et d’une vieillarde.

Certaines tracent laissent penser qu’Hécate était associée à la jeune fille, tandis que d’autres la désignent comme étant la vieillarde.

Quoi qu'il en soit, si cette figure vous parle, voici une bague de la triple déesse qui devrait vous intéresser

À Mytilène, sur la côte orientale de la mer Égée, se trouvaient des temples dédiés à Déméter. Chaque année s’y tenait le festival d’Eleusis auquel les femmes se rendaient pour participer à des rituels de fertilité.

Il y a de nombreuses preuves qui indiquent que la déesse Hécate y était également honorée.

 

 

Paysage désolé symbolisant la décadence d'Hécate

Hécate et mythologie : la décadence de cette figure

Peu à peu, l’aspect bienveillant de l’aura d’Hécate a laissé toute la place à ses côtés les plus sombres.

Dans les mythes les plus récents, elle est représentée comme une fille de Zeus qui gouvernait les enfers et la lune décroissante : en soulignant ses aspects les plus sombres, les Grecs ont fait d’Hécate la déesse des morts et la reine des sorcières.

Vers la fin de la civilisation hellénique, elle était carrément dépeinte sous le traits d’une vielle femme errant sur terre les nuits sans lune, accompagnées de chiens menaçants et d’esprits malveillants et revanchards.

Aucune autre divinité grecque n’était associée à une telle atmosphère de maléfice et de sorcellerie.

Comment Hécate est-elle passé d’une jeune déesse populaire et brillante à une sorcière sombre et terrifiante?

Peut-être que ne le saurons-nous jamais avec certitude, mais il existe quelques indices.

 

 

Carrefour où l'observateur a le choix entre deux chemins

Hécate et mythologie : la déesse des carrefours

Hécate est depuis longtemps associée à un symbole bien précis : un carrefour où se rencontreraient trois routes.

Il existe une croyance grecque qui devrait nous permettre d’éclaircir tout cela…

Après avoir traversé le Styx, célèbre fleuve des Enfers, l’âme d’un citoyen récemment décédé se retrouve en un lien ou trois routes se rencontraient.

La première mène aux Champs Elysées, la demeure des bienheureux, réservée aux héros et aux grands hommes.

La seconde conduit aux Champs d'Asphodèle, destinés à tous ceux qui avaient mené une vie irréprochable bien qu’ordinaire.

La troisième amène directement les âmes vers le Tartare, une terre de punition où elles souffriraient pour l’Éternité.

Dans la mythologie grecque, c’était à Hécate qu’incombait la tâche de choisir quelle route chaque âme aurait le droit d’emprunter.

 

 


 Grimoire de magie wicca expliquant le rôle de la déesse Hécate

Hécate et Wicca

Une chose est sure : Hécate est bien la déesse des sorcières.

Il existe divers courants issus du wicca qui vénèrent des divinités parfois bien différentes. Il y en a une toutefois qui sera absolument toujours présente.

Vous l’avez sans doute déjà deviné, il s’agit de la déesse Hécate.

Parmi les attributs les plus courants de la sorcellerie, elle occupe donc une place de choix.

En réalité, cela n’a rien d’étonnant. Elle est la frontière originelle, gardienne de tous les carrefours et des transitions d’un endroit (ou d’un état) à l’autre.

Parce qu’elle contrôle ces passages, elle a accès à tous les domaines de l'existence : la Terre, les Cieux, les Enfers.

Hécate se tient à la passerelle entre les Mondes. Elle en est la gardienne et nous guide.

 

 

Mains d'une vieillarde qui lit un livre

Hécate et Wicca : la vieillarde de la triple déesse

De nos jours, Hécate représente une facette de la triple déesse : la vieillarde.

Sous ces traits, elle se montre protectrice, implacable mais tendre. Elle a toute la sagesse du monde et en connait tous les mystères.

Elle peut voir à travers l'illusion et le mensonge comme si elle possédait une torche flamboyante de vérité.

La déesse Hécate, dans le wicca, est très difficile à comprendre. En fait, sa sagesse est si profonde qu'aucun mortel ne peut espérer ne serait-ce que l’approcher.

Si ses actes et décisions peuvent parfois nous sembler étranges, c’est uniquement car nous ne pouvons pas comprendre ses réels desseins.

 

 

Balance symbolisant la justice d'Hécate

Hécate et Wicca : une déesse juste

Hécate pourrait sans doute être qualifiée de « déesse karmique ».

En effet, par sa capacité à décider du sort des âmes des défunts, elle fait respecter les lois de l’univers.

Rien ne lui échappe, et elle ne laissera aucun de vos actes sans conséquences.

Dès lors, lorsque vous travaillez avec Hécate, vous devez vous montrer prudent : vous pourriez obtenir plus que ce que vous demandez… ou peut-être moins.

Même si elle est implacable, elle n'en reste pas moins miséricordieuse, généreuse et parfois même pleine de tendresse.

Hécate est la Faucheuse, la déesse de la mort, la marée inexorable du temps, un peu comme une mère impitoyable qui ramènerait toujours ses enfants à elle.

Et pourtant, son pouvoir peut aussi guérir car, en tant que mère, sa compassion peut être grande.

Ainsi, elle partage un peu de sa connaissance, notamment dans les domaines de la guérison et de l’usage des plantes médicinales.

 

 

Femme de la tradition wicca qui utilise ses pouvoirs

Hécate et Wicca : ses attributs et pouvoirs

Se tenant comme un pont vers le royaume des esprits, Hécate est une déesse au pouvoir incommensurable.

Sans être démesurément douce ou câline, elle est une grand-mère, mais pas la grand-mère d’une famille ou d’un foyer : elle s’occupe de toute l’humanité (passé, présente ou future).

Elle connaît tous vos secrets, même les plus honteux, et ne laissera pas passer quoi que ce soit.

Même si elle nous aime et veut nous protéger, elle respecte nos choix et ne nous protégera donc pas contre nous-même. Si nous décidons de la chercher par contre, elle sera là pour nous guider.

Elle vient emmener les vivants au pays de la mort, et peut donc sembler dure voir cruelle. Toutefois, ses soins et guérisons sont authentiques.

Elle est la sorcière originelle dépeinte dans les contes que l’on raconte aux enfants pour les effrayer.

Elle ne désire ni jeunesse, ni beauté, ni amour, ni richesse : tout cela n’a aucun sens pour Hécate.

Elle connaît les secrets de tous les mystères et suit une sagesse qu'elle trouve en elle-même.

Toutes ces qualités en font un choix de premier lieur pour la pratique de la magie blanche

 

Reine des sorcières habillée en blanc

Hécate et Wicca : la reine des magiciennes et sorcières

Vu toutes ses attributs, offrir ce titre à Hécate semble tout à fait logique.

Comme la sorcellerie exploite les forces de la création ce type de pratique ne pouvait trouver de représentante qu’en un être pouvant percevoir tous les secrets du monde.

De plus, comme Hécate est la déesse qui gère les passages entre les mondes, il est naturel pour la plupart des pratiquants du wicca de lui montrer un certain intérêt.

Pour certains d’entre eux, Hécate aurait carrément le pouvoir de transformer la matière. Tout ce qu’elle touche pourrait être changé. Elle partagerait d’ailleurs cette capacité avec ceux qui l’honorent.

 

 

Liste de porte-bonheur liées au Wicca

Hécate et Wicca : des symboles porte-bonheur

Elle a déjà été associée aux chiens par les Grecs de l’Antiquité selon lequel des aboiements dans la nuit signifiait forcément qu’elle approchait.

Parmi les autres animaux, la déesse Hécate fut également lié à toutes les créatures montrant un intérêt magique, ou tout du moins mystique.

Chevaux, hiboux, corbeaux, serpents, grenouilles : tous seraient placés sous les ordres d’Hécate.

Parmi ses autres symboles porte-bonheur, nous pouvons citer :

  • Les plantes induisant des états de conscience altérés
  • Les torches : pour percer les ténèbres de l'illusion et de la confusion
  • Certains types de couteaux : pour couper définitivement les chemins que nous n’avons choisissons pas choisi
  • Les clés : pour ouvrir les portes de la sagesse et de la connaissance
  • Les labyrinthes : pour pouvoir s’y orienter, il faut posséder une intelligence et une sagesse supérieure.

 

 

Image vectorielle de la roue d'Hécate, aussi appelée strophalos

Roue d’Hécate ou strophalos

La roue d’Hécate, aussi appelée strophalos est un ancien symbole porte-bonheur grec datant d’environ 2300 ans avant notre ère.

Comme son nom l’indique, il est lié à la déesse Hécate.

Les informations que nous avons sur ce porte-bonheur nous viennent d’une part d’une certaine tradition orale transmise de manière plus ou moins secrète depuis des millénaires, et d’autre part des écrits d’auteurs grecs tels que Xénophon et Proclus.

Tout cela nous permet d’avoir une idée plus ou moins précise de cet outil magique.

 Vous pourrez ici trouver un exemplaire de la roue d'Hécate.

 

Labyrinthe en haies taillées associée à la roue d'Hécate

Roue d’Hécate ou strophalos : un labyrinthe avant tout

De très nombreux porte-bonheur issus des temps anciens utilisent un motif de spirale.

Si vous regardez son centre, vous verrez donc ce qu’était le strophalos au début de son existence.

À mesure que le niveau de civilisation de ceux qui utilisaient la roue d’Hécate a évolué, la spirale s’est munie d’un labyrinthe de plus en plus complexe l’entourant.

Le strophalos est donc un symbole magique à mi-chemin entre le neuf et l’ancien.

De nombreuses pratiquantes de wicca l’utilisent d’ailleurs aujourd’hui pour décorer leurs autels, bougies, et autres accessoires.

Le Labyrinthe (avec un « L » majuscule, à comprendre celui de la légende du minotaure) n'est par contre pas lié à la déesse Hécate de quelque manière que ce soit.

Là où la prison de ce taureau géant représente une épreuve des plus insurmontables, la roue d’Hécate est plutôt liée aux concepts de vie, de destin et même d’énergie.

 

 

Temple grec en lien avec Hérate

Roue d’Hécate ou strophalos : un porte-bonheur grec

« Strophalos » signifie littéralement « roue tourbillonnante », le verbe grec est strophao se traduisant par tourner.

Le strophalos est donc quelque chose qui se déplace dans un mouvement circulaire.

Dans point de vue linguistique, le strophalos n'est donc pas forcément un labyrinthe.

En tant qu'outil magique pratique, la roue d’Hécate est utilisée des rituels visant à invoquer la déesse éponyme.

Dans le livre de Sorita d'Este et de David Rankine, « Liminal Rites », nous pouvons lire que : « La reine des flèches les plus pointues, a amené le lynx tacheté d'Olympe, lié aux quatre rayons de la roue indissoluble d’Hécate. »

Dans le jargon de l’ésotérisme, le lynx représente quelque chose qui crie (en référence au verbe grec iyzo).

Socrate dans l'oeuvre de Xenophon, Memorabilia fait également référence à ce porte-bonheur grec. Il décrit la roue d’Hécate comme un puissant outil magique utilisé pour invoqué les déesse Artémis et Hécate en vue de demander des sortilèges d’amour.

Philostrate d’Athènes, lui aussi, nous décrit quelques lieux où le strophalos est utilisé.

Par exemple, il nous décrit comment des divinités étaient peintes accrochés à une roue d’Hécate sur le plafond de la salle du trône du roi de Babylone.

Philostrate parle aussi d’un strophalos géant qui décorerait le temple d’Apollon à Delphes.

 

 

Horloge montrant l'âge ancien de la roue d'Hécate

Roue d’Hécate ou strophalos : son véritable âge

Aujourd'hui, de nombreux passionnés de sorcellerie pensent que le strophalos est un symbole moderne.

Comme vous avez pu le lire plus haut, il n’en est rien.

La civilisation mycénienne (1600 avant JC) déjà l’utilisé dans la confection de vêtements ou de bijoux.

Des pièces retrouvées à Lerna d'Argolis dans un bâtiment appelé par les archéologues "la maison de la poterie" portent également le symbole de la roue d’Hécate.

Celui-ci était vraisemblablement gravé à l’aide d’un sceau officiel.

Il y a donc fort à parier que le strophalos était lié au pouvoir de l’époque.

Servait-il de simple emblème ou avait-il une utilisation plus ésotérique ?

Ca par contre, nous le saurons peut-être jamais…

 

 

Femme au regard mystérieux

Roue d’Hécate ou strophalos : une symbolique difficile à décrypter

Une chose est sure : le strophalos est lié à la déesse Hécate. (Normalement, vous devriez maintenant l’avoir bien compris.)

En ce sens, il est considéré comme pouvant servir de premier pas vers la connaissance des arcanes ou au voyage de l'âme à travers les mondes.

Certains considèrent plutôt ce porte-bonheur comme une manifestation du « sein nourricier de la déesse Hécate, cette flamme vivante qui s’habille de matière pour manifester son existence ».

D’autres encore vous diront que la roue d’Hécate représente une émanation de la pensée divine (la spirale centrale) auquel on ne peut accéder qu’après certaines épreuves (le labyrinthe).

Aujourd'hui, le strophalos est principalement utilisé par les praticiens ce que l’on nomme communément les « Lumières néohelléniques », ou dans certains courants du wicca.

 

 

Porte-bonheur présentés dans cet article :

 

Bague noire avec le symbole de la triple déesse dessinée en blanc

Ensemble de bijoux d'Hécate pour sorcières composés d'un collier, de boucles d'oreilles et d'un bracelet

 

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés


Vous aimerez aussi

Zulfikar : le cimeterre arabe légendaire du coran
Zulfikar : le cimeterre arabe légendaire du coran
La péninsule arabique possède de nombreux symboles qu’il serait intéressant de tous étudier en profondeur. Vous pouvez en trouvez quelques-uns grâc...
Découvrir
Masque, danse, origine : tout sur Barong, divinité de Bali
Masque, danse, origine : tout sur Barong, divinité de Bali
Barong est une créature mythologie bien présente à Bali. Il est le roi des esprits, le chef des armées de bien et l'ennemi de Rangda, la reine démo...
Découvrir
Santé, médecine, guérison : liste de 23 dieux guérisseurs
Santé, médecine, guérison : liste de 23 dieux guérisseurs
De tout temps, les hommes ont placé leur sort entre les mains de dieux de la médecine. Cela n’a rien d’étonnant : même si de nos jours de nombreux ...
Découvrir