Le fascinus : symbole phallique et dieu du pouvoir masculin

Le fascinus : symbole phallique et dieu du pouvoir masculin

Les coutumes qui nous parvenues des civilisations du passée sont nombreuses.

Certaines, plus étonnantes que les autres, peuvent nous surprendre et nous faire sourire.

Tout ce qui entoure le dieu Fascinus fait clairement partie de cette catégorie.

Vous devez bien vous en douter vu le titre mais, oui, les Romains le représentaient par un symbole phallique.

Objet porte-bonheur très populaire, le fascinus (oui, l’objet porte le même nom que le dieu à qui il est associé) était utilisé porter chance, pour éloigner le mauvais œil et plus largement pour nous protéger dans la vie de tous les jours.

Malgré ce que nous pourrions penser de prime abord, le symbole du fascinus n’avait rien de sexuel en soi.

Du légionnaire combattant sur le front au jeune enfant à la santé fragile : ce sont des personnes de toute la société romaine qui pouvaient l’utiliser comme porte-bonheur.

Quoi qu’il en soit, c’est aujourd’hui le fascinus, ce symbole phallique amusant, qui sera le sujet de notre article.

 

Table des matières :

 

 

Buste en bronze du dieu Fascinus.

Qui était le dieu Fascinus ?

Nous ne pouvons pas parler de ce porte-bonheur romain sans évoquer un minimum le dieu qu’il sert à représenter.

Fascinus était le dieu du pouvoir masculin supérieur, ce pouvoir qui crée et qui donne le courage de se dresser fièrement. Rien que là, nous voyons déjà un lien avec le phallus.

Dans la Rome antique, Fascinus était également vénéré pour son lien avec la sorcellerie, la magie et certaines formes d’ésotérisme.

Comme l’homme protège sa famille et ses proches, certains rituels particuliers visaient à invoquer Fascinus pour qu’il vienne en aide aux femmes enceintes et aux enfants.

Pour en apprendre plus sur la pratique de la sorcellerie à Rome, voici un bouquin de Marcel Le Glay qui traite du sujet.

Fait intéressant : le mot latin « fascinum » vient du verbe « fascinare » qui se traduit lui-même en français par « ensorceler », « jeter un sort ». Nous voyons bien là le lien avec la sorcellerie !

Si ces termes vous semblent familier, c’est tout à fait normal. Le mot français « fasciner » en découle en effet directement.

En résume, ce qu’il faut retenir avec la figure du dieu Fascinus, c’est que la puissance masculine n’était pas forcément liée à la sexualité ou à l’érotisme dans l’esprit des civilisations du passé.

Nous voyons également à travers lui que les Romains avaient des divinités pour absolument toutes les facettes de leur vie.

Si cette culture ô combien marquante pour les peuples européens vous intéresse, voici une collection de porte-bonheurs romains et grecs classiques qui devrait satisfaire votre curiosité.

 

 

Un concombre, symbole phallique très utilisé.

Un porte-bonheur romain célèbre

C’est clair : les Romains étaient des personnes très superstitieuses.

Nous le savons par la quantité invraisemblable de symboles, de porte-bonheurs, de bijoux et d’écrits qui évoquent ou représentent des objets utilisés en tant que protection magique.

Il y a un objet en particulier qui va aujourd’hui nous intéresser : le fascinus (également connu sous le nom de tintinnabulum).

Servant à représenter le dieu du même nom, ce phallus divin était souvent représenté décoré d’une paire d’aile et parfois même avec des pieds.

Ces attributs visaient sans doute à évoquer des qualités de vitesse et de vivacité… deux choses qui, c’est certain, peuvent aider à combattre efficacement le mal.

Bien qu’un symbole phallique puisse choquer de nos jours, il faut savoir qu’il n’en était rien à l’époque.

Le fascinus était même parfaitement accepté par les instances religieuses romaines.

Concrètement, s’il était si populaire à l’époque, c’est sans doute pour ses qualités intrinsèques.

Le fascinus avait en fait deux utilisations principales.

D’une part, il était utilisé comme protection, et plus précisément comme protection contre le mauvais œil.

Certains à côté de cela s’en servait plus simplement comme d’un symbole de fertilité qu’ils accrochaient alors dans la chambre conjugale lorsqu’ils voulaient concevoir.

Pour certaines personnes, il ne s’agit là que d’un simple folklore amusant. Si vous voulez notre avis, il se cache bien de réels pouvoirs derrière le fascinus.

Si les qualités du fascinus vous parle, voici un pendentif phallique romain tel qu’il était porté autrefois.

 

 

Statues représentant plusieurs personne différentes de la société romaine.

Un porte-bonheur porté par tous, vraiment

Nous l’avons déjà dit mais cet élément est absolument essentiel à bien comprendre : il n’y avait rien de sexuelle dans le symbole du fascinus.

Parmi les personnes et les groupes qui ont le plus utilisé ce porte-bonheur romain, nous pouvons notamment citer :

  • Les prêtres de Fascinus, forcément, le portaient comme pendentif religieux…
  • … tout comme les Vestales, adoratrices de la déesse Vesta qui étaient très liée au dieu Fascinus.
  • Certains corps de légionnaires romains appréciaient particulièrement ce symbole phallique qu’ils voyaient comme un moyen de se protéger à la guerre.
  • Les médecins romains venus des quatre coins de l’empire l’incorporaient parfois dans leurs pratiques curatives. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, c’est bien la vérité. Voici d’ailleurs un autre article qui vous en parlera.
  • Les mères en donnaient souvent à porter à leurs enfants lorsqu’ils étaient jeunes.
  • Tout le peuple de Rome en général connaissaient le fascinus qu’ils aimaient particulièrement utiliser comme graffiti sur les murs de la cité. (Nous nous demandons bien pourquoi…)

 

 

Porte-bonheur présenté dans cet article :

Bannière qui met en avant un pendentif porte-bonheur de forme phallique.

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés


Vous aimerez aussi

Le symbole du caducée d’Hermès : origine, signification
Le symbole du caducée d’Hermès : origine, signification
Dans le monde grec de l’Antiquité, les voyageurs, commerçants et autres messagers portaient souvent un étrange bâton avec eux. Il s’agit du caducée...
Découvrir