13KGHT73 Le gorgoneion (ou tête de Gorgone) : amulette magique de la Grèce anti
Congrats ! You Got Freeshipping !

Découvrez notre guide de méditation

Offert pour tout achat sur notre site, vous y trouverez 19 méditations guidées, partagées avec vous. Ces méditations, d'ailleurs, vous les retrouverez aussi au format audio.

Découvrir le guide

Le gorgoneion (ou tête de Gorgone) : amulette magique de la Grèce antique

La beauté est sans aucun doute une chose dangereuse… mais la laideur aussi !

Dans la culture grecque, cette idée s’est incarnée à travers un porte-bonheur particulièrement puissant : le gorgoneion.

Sorte d’amulette représentant la tête de Méduse (une créature mythologique), le gorgoneion aurait le pouvoir de repousser les démons, esprits mauvais et autres malédictions.

Entre description, découverte de ses pouvoirs et de la légende qui explique sa création : nous allons aujourd’hui apprendre l’essentiel sur cet antique talisman.

 

Table des matières :

 

 

Les porte-bonheurs grecs de notre site sont magiques et ésotériques.

C’est quoi un gorgoneion ?

Dans la Grèce antique, un gorgoneion était une amulette magique utilisée dans le cadre de la « magie apotropaïque ». Ce terme désigne une sorte de magie où le mal est repoussé par quelque chose de laid, d’effrayant ou simplement de surprenant. Le monde antique était très friand de ce type de magie. Cela pouvait se voir à travers des pendentifs en forme de phallus, des gargouilles ou encore notre fameuse tête de Gorgone.

Grand symbole de protection conte les énergies maléfiques, le gorgoneion était lié au dieu Zeus et à la déesse Athéna, deux des entités les plus puissantes du panthéon grec. Là encore, les pouvoirs de ces divinités peuvent expliquer une partie de ceux de notre amulette.

Le véritable intérêt de ce porte-bonheur réside toutefois dans son lien avec Méduse, un monstre de légende dont nous allons parler dans cet article.

Vous l’aurez compris : il n’y a pas qu’une raison qui explique les grands pouvoirs de cette amulette au gorgoneion ou encore de cette chevalière porte-bonheur que nous proposons toutes deux à notre communauté.

Au niveau de son utilisation, il semblerait que le gorgoneion soit apparu pour la première fois dans l'art hellénique durant le 8ᵉ siècle avant notre ère. Des pièces de monnaie datant de ce siècle furent en effet retrouvées frappées de la tête de Méduse. Certains historiens parlent d’une origine plus ancienne encore, vers le 15ᵉ siècle avant notre ère. Ils s’appuient sur des représentations de créatures similaires trouvées en Crête pour appuyer leur thèse.

Quoi qu’il en soit, le fait est que le gorgoneion est devenu un véritable phénomène dans la Grèce antique. Pièces de monnaie, fresque des temples, pavés des rues et décorations de boucliers : à l’apogée de la civilisation, nous pouvions en trouver absolument partout.

 

 

Porte en bois massif décorée de deux tête de Gorgones.

Et qui sont les Gorgones ?

Nous l’avons dit : le gorgoneion peut aussi s’appeler « tête de Gorgone » ou « tête de Méduse ».

Mais en fait, de quoi s’agit-il ?

En réalité, Méduse est une des Gorgones, et le gorgoneion nous montre sa tête coupée.

C’est le poète classique Hésiode qui, au 7ᵉ siècle avant J.-C., a le premier écrit au sujet des Gorgones. Dans son œuvre, il nous en présente trois, trois sœurs hideuses présentes dans différents contes mais partageant une même laideur :

  • Stheno, la puissance
  • Euryale, le printemps lointain
  • Méduse, la reine

 

Effrayantes à l’extérieur comme à l’intérieur, ce sont là trois monstres terribles au corps féminins mais aux cheveux faits de serpents mauvais. De leur simple regard, elles peuvent pétrifier n’importe quel être vivant. Elles ont de longues qui leur permettant de voler, des dents acérées et un gout pour le sang. Pour en apprendre plus sur les Gorgones, vous pouvez vous référer à leur page Wikipédia, plutôt complète et bien sourcée. 

Comme quoi, avec le gorgoneion, la magie apotropaïque prend tout son sens : même le plus terrible des démons n’oserait s’approcher d’une telle créature. Le risque d’être transformé en pierre, ou simplement dévoré, est bien trop grand.

Bref, cela explique pourquoi ce symbole de mort, de peur et de désolation sert de bouclier à ceux et celles qui le portent.

 

 

Statue en fer forgé de Méduse, la plus célèbre des Gorgones.

La légende de la tête de Gorgone

L’histoire de Persée et de Méduse est d’une profondeur rare, et de nombreux historiens la tiennent comme fondatrice d’une part de la mythologie grecque. Pour en apprendre plus dessus, cette ressource de l’éducation nationale française devrait vous intéresser. Pour notre part, contentons-nous de comprendre le rôle de Méduse dedans.

Lorsque nous parlons de la tête de Gorgone, nous parlons en réalité de la tête de Méduse, la plus puissante des trois Gorgones… et la seule qui fut vaincue.

Avant toute chose, il faut savoir que le destin de Méduse est tragique. Elle fut autrefois une magnifique jeune femme pleine de vie qui, visant un jour un temple d’Athéna, reçut la visite du dieu Poséidon. Le seigneur des mers avait une idée clair : il voulait lui faire un enfant. Méduse refusa, mais Poséidon ne lui laissa pas le choix. Forcée et incapable de combattre un dieu, Méduse fut violée.

Lorsque Athéna l’apprit, elle fut folle de rage : un de ses temples avait été souillé, profané. Ne pouvant combattre son frère dans une guerre directe (cela aurait amené à une guerre destructrice entre dieux de l’Olympe), elle fit porter la responsabilité à Méduse.

En plus de sa peine initiale dont rien ne la rendait responsable, elle fut transformée en un monstre hideux, en la Gorgone que nous connaissons. Les héros et chasseurs de monstres de toute la Grèce se mirent alors à ses trousses dans l’espoir de tuer celle qui était devenue une proie.

Victime de son vivant et persécutée dans la mort, la rage de Méduse grandit, et sa puissance avec. Rapidement, il devint clair qu’elle était devenue trop puissante que pour être combattue. Sa colère en avait fait un être d’une force et d’une dangerosité rare.

Le héros Persée, dans ses péripéties, eut à combattre la reine des Gorgones. L’histoire est longue et n’est pas le sujet du jour, mais le fait est qu’il finit par la vaincre et à lui trancher la tête d’un coup d’épée d’argent.

Persée offrit alors la tête de Méduse à Athéna, qui décida de l’accrocher à son égide (un bouclier grec) afin que ses pouvoirs la protègent au cours de ses batailles.

Depuis lors, les Grecs utilisent eu aussi la tête de Méduse à travers le gorgoneion pour, comme la déesse de la guerre, se protéger de leurs ennemis.

 

 

Porte-bonheur présenté dans cet article :

Une amulette à la tête de Gorgoneion est un grand porte-bonheur.

Une chevalière à la tête de Gorgone faite d'acier vieilli.

 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés