Le leprechaun, lutin féérique de la mythologie irlandaise

mars 28, 2021 12 min de lecture

Le leprechaun, lutin féérique de la mythologie irlandaise | Cyril Gendarme



Le leprechaun est une créature fantastique bien connue du folklore irlandais.

Semblable à un homme âgé à la taille minuscule, coiffé d’un chapeau melon et habillé tout en vert, il vit dans nos villages et forêts.

À mi-chemin entre une fée, un hobbit et un gnome, de nombreux contes et légendes populaires nous décrivent comme le leprechaun peut venir en aide aux hommes qu’il juge bons… et jouer de terribles tours aux autres !

La plupart des folkloristes décrivent ces petits bonhommes qui des créatures solitaires qui subsistent dans le monde de la magie par une activité de cordonnier.

Là où la figure du leprechaun devient tout de suite plus intéressante, c’est lorsque nous savons que ces êtres cachent de grands trésors, sous la forme de pots remplis d’or, et qu’ils peuvent exaucer certains de nos vœux.

Bref, le leprechaun est le personnage mythologique qui va aujourd’hui nous intéresser, et dont nous allons tenter de percer ensemble les mystères !

 

Table des matières :

 

 

Statue en bronze d'un leprechaun irlandais.

C’est quoi un leprechaun en fait ?

Le leprechaun est donc une créature issue des légendes irlandaises assez proche du lutin. Jetez donc un œil à cette poupée, elle vous donnera une bonne idée de ce à quoi ressemble un leprechaun.

Une autre approche intéressant pourrait être de s’intéresser à l’étymologie de son nom afin de comprendre quel genre de personnage il peut être…

À ce titre, la plupart des linguistes nous disent que le terme « leprechaun » semble être dérivé de l’irlandais « leath bhrogan », qui signifie simplement cordonnier. Comme nous allons le voir dans un des points qui suit, il s’agit en effet la de sa profession principale.

Cela ne nous suffit toutefois pas, et voulons en apprendre encore plus sur cet être mystérieux. Nous allons donc maintenant nous intéresser à ses principales caractéristiques.

 

Une apparence physique particulière

Comme nous venons de le dire, les leprechauns sont des sortes de petits lutins portant des costumes traditionnels entièrement verts.

Même si la mythologie irlandaise nous en présente ayant d’autres âges, la plupart des leprechauns seront relativement âgés, suffisamment en tout cas que pour pouvoir laisser pousser une grande barbe… et que pour avoir développé un caractère de cochon.

Notons également ici que, bien que la plupart s’accordent sur « leath bhrogan », certains linguistes attribuent le nom du leprechaun au mot irlandais « luchorpán », qui signifie petit corps.

 

Cordonnier, un métier qui rapporte !

Leur activité principale consiste pour la plupart d’entre eux en un métier de cordonnier. Fabriquant des chaussures donc, le leprechaun « de base » en aura toujours des très belles parfaitement cirées.

Il faut savoir que le principal outil des cordonniers d’antan était le marteau. Le leprechaun s’en sert toujours, et cela constitue une autre de ses caractéristiques : entendre un bruit de marteau frappant du cuir de manière régulière peut être le signe qu’un de ces êtres féériques est proche de vous.

 

Là où vivent les leprechauns

Un autre indicateur de leur présence consiste simplement en la connaissance des lieux où ils vivent. Détestant par-dessus la foule, les leprechauns habitent loin des villes et proche de la nature.

Certains contes décrivent comme untel habitait dans le creux d’un arbre à la lisière d’une forêt, tandis qu’un autre aimait se réfugier dans les terriers des lapins. Parfois aussi, les leprechauns choisiront d’habiter dans les bâtiments abandonnés des fermes et hameaux isolés.

 

Un caractère malicieux

Au niveau de leur caractère, ces gnomes joueurs sont particulièrement malicieux et se plairont à tendre des pièges à ceux qu’ils rencontrent. Ils sont également assez forts en devinette et sauront vous poser des énigmes ardues.

Cet esprit vif leur fournit d’ailleurs une aide précieuse quant à la protection de leurs trésors car, oui, un leprechaun cachera souvent un magot qu’il aura accumulé au cours des siècles.

 

Les gardiens de grands trésors

Généralement présenté sous la forme d’une marmite remplie de pièces d’or (son trésor peut prendre une autre forme, mais tout le monde a cette image en tête), son propriétaire n’acceptera de ne vous le laisser qu’à condition que vous réussissiez à l’attraper du regard, et que vous ne le lâchiez plus jusqu’à ce qu’ils vous révèle l’emplacement du pactole.

En effet, la peur du leprechaun d’être fixé par un homme est encore plus grande que sa cupidité et son amour pour les richesses matérielles.

 

 

Une amulette au trèfle à quatre feuilles, une poupée de leprechaun et un anneau de Claddagh

Un personnage féérique à l’origine trouble

Malgré sa petite stature, le leprechaun occupe une grande place dans le folklore de nombreux pays.

D’abord purement irlandais, cet être féérique s’est rapidement popularisé, voyant de nombreux peuples lui faire une place dans leur imaginaire.

Ce qui est encore plus intéressant ici, c’est de noter que le leprechaun semble en fait être issu de croyances qui, elles aussi, étaient autrefois partagées par tout un tas de cultures différentes !

La plupart des folkloristes estiment que les leprechauns à proprement parler seraient apparus aux alentours de l’an 700.

Ces créatures possèdent toutefois des ancêtres plus anciens encore qui remontent à plusieurs millénaires dans le passé encore.

Les Irlandais restés le plus proches de leurs racines connaissent par exemple le «  clúrachán », cette sorte de petite fée vivant cachée dans les greniers (et les caves à vins, mais ça c’est pour une autre raison).

Si nous vous en parlons, c’est parce que cette clúrachán semblerait faire le pont entre la figure du leprechaun et d’autres datant de l’ancienne culture celte.

La chaine de transmission du passé jusqu’à nos jours est donc ici bien réelle…

 

 

Chemin d'une forêt fantastique en Irlande par un mois d'automne.

Quelques mots sur les légendes et le mythologie irlandaise

Lutins, gnomes, farfadets et leprechauns : la mythologie irlandaise est riche des ces petits personnages farceurs.

Outre leur taille, nombre d’entre eux partagent d’autres caractéristiques, et ce pour une bonne raison : ils appartiennent tous à la même famille.

La plupart d’entre eux sont des descendants directs des « Tuatha Dé Dannan » (sur lesquels vous trouverez plus d’informations ici). C’est par ce nom que sont désignées les dieux, déesses et créatures fantastiques majeures du folklore d’Irlande.

Plus qu’un simple nom, il s’agit donc là d’une véritable famille.

Ceux qui en descendent (comme les leprechauns donc) dont eux appelés les « Aos Sí ».

Bien que, comme nous l’avons dit, la première apparition de notre personnage remonte au 8ème siècle, la mythologie irlandaise ne l’a pas attendu pour se développer, devenant même l’une des plus riches (et uniques) au monde.

Si la culture de cette île toujours verte vous intéresse vous aussi, jetez donc un œil à cette collection d’objets porte-bonheurs irlandais : vous devriez y trouvez de quoi vous faire voyager et rêver.

Bref, par la méditation Tuatha Dé Dannan - Aos Sí, puis Aos Sí – leprechaun, notre petit bonhomme peut se targuer d’appartenir à une puissante lignée !

Bien que dans un premier, il n’était qu’un cousin éloigné, quelque peu perdu même, de ce clan… Cela a bien changé !

Aujourd’hui, les leprechauns sont sans doute les plus connus de tous les Tuatha Dé Dannan.

 

 

Figurine d'un leprechaun vert avec son chapeau et sa barbe.

Découverte de 3 légendes au sujet du leprechaun

La plupart d’entre nous ont oublié le sens originel de nos fables et légendes ancestrales.

Simples histoires pour aider les enfants à s’endormir, façon d’expliquer des phénomènes naturels peu compris ou faits historiques rendus de plus en plus allégoriques : rien de tout ça !

Les légendes (et a fortiori celles que nous allons maintenant découvrir ensemble) furent de tout temps créées pour enseigner de profondes leçons, porter des messages moraux essentiels.

Dans notre cas, ce seront ici l’avarice, la folie et la volonté de s’enrichir à tout prix qui seront illustrées, et contre lesquelles nous seront mis en garde.

Eh oui, rappelez-vous : les leprechauns sont les gardiens d’or et de trésors qui peuvent faire beaucoup d’envieux…

 

Lac d'Irlande sur lequel des Vikings ont pu naviguer.

Une réaction naturelle aux invasions vikings

Les Vikings pillèrent et envahirent l’Irlande au cours des 7ème et 8ème siècles. (Tiens donc, pile au moment où le leprechaun est apparu…)

Selon la légende, les raids furent tellement intenses que l’entièreté de l’or de l’île se retrouva vite entre les mains des guerriers étrangers qui, ne sachant tout le transporter, en laissèrent tomber par endroit lorsqu’ils rejoignaient leurs drakkars.

Dans ce contexte, des petits êtres protecteurs de la nature apparurent pour ramasser l’or tombé et le rendre aux Irlandais. Voyant leur détresse, certains s’essayèrent même à aller récupérer les richesses directement sur les bateaux prêts à partir (avec plus ou moins de succès, mais ça c’est une autre histoire).

Lorsque les Vikings voyaient que leurs trésors avait diminué en taille, il ne s’en satisfaisaient pas et repartaient de plus belle brûler villages et monastères.

Les leprechauns (cas, oui, ces petits êtres étaient bien des leprechauns) eurent alors une idée : ils allaient cacher tout l’or du pays afin de s’assurer que jamais il ne le quitte.

Depuis lors, chacun d’entre eux garde jalousement un pot rempli de pièces.

 

Vitrail du Moyen-Âge montrant un roi avec son sceptre et sa couronne.

Fergus, le héros d’un célèbre conte

Cette troisième légende est sans doute celle que vous entendrez le plus si vous avez un jour la chance de visiter l’Irlande.

Plus précisément, un conte connu sous le nom de « l'Echtra Fergusa maic Léti » (L’aventure de Fergus fils de Léte) et  datant du 8ème siècle nous présente en effet le leprechaun aux côtés d’un roi pour le moins étonnant…

Voici donc un résumé de cette histoire.

Il y a bien longtemps de cela vivait un roi connu sous le nom de Fergus Mac Leti, dirigeant un petit royaume de l’Ouest de l’Irlande où les récoltés étaient abondantes et le peuple heureux.

Un jour, après avoir passé la nuit à boire, le roi Fergus se réveilla sur une plage ou se tenait un groupe de leprechauns. Connaissant la légende qui les entourait, il décida de les attraper afin de réclamer les vœux auxquels il aurait alors droit.

L’un des souhaits du souverain était de pouvoir respirer sous l’eau, ce qui lui fut accorder. Joueurs et revanchards, les leprechauns avaient toutefois ajouté une condition que dut accepter malheureux Fergus : ce pouvoir ne fonctionnerait pas dans la baie de Dundrum (dans la région de l’actuelle ville d’Ulster).

Forcément, notre roi décida un jour de s’y baigner. Un mauvais sort se déclencha alors et un terrible monstre marin apparut devant lui.

Fergus sut lui échapper après plusieurs heures de lutte, mais la vision de la bête était si horrifiante que son visage resta figé d’une expression de terreur jusqu’à son dernier souffle.

Ainsi, le souhait offert par les leprechauns s’était transformé en une affreuse malédiction.

 

Représentation du Lugh jeune, sous le traits d'un guerrier barbare.

Lugh, le dieu irlandais de la lumière

Selon l’avis de nombreux historiens, le leprechaun serait en fait une représentation d’un personnage bien connu des Irlandais : Lugh.

Dieu de la lumière, du Soleil et plus grand guerrier de la mythologie, l’évolution de son apparence physique a en fait reflété celle du peuple irlandais à la spiritualité.

Alors qu’il se présentait il y a longtemps de cela comme un homme jeune, fier et à la puissance physique indéniable, il se mit à vieillir et à rapetissir.

Certains se mirent même l’appeler « Lugh chromain », ce qui veut dire « Lugh le courbé ». Cette posture lui vient d’avoir déménagé dans le monde souterrain en même temps que les autres dieux, au moment de la Christianisation de l’Irlande.

Il s’agit vraiment là d’un personnage emblématiques, et sur lesquels vous en apprendrez plus ici.

L’évolution très imagée de Lugh témoigne en effet de l’abandon progressif des traditions païennes et des croyances du passé.

Bref, ce dieu aurait aujourd’hui la forme du leprechaun, ce petit être malingre, peureux et fuyant la société… mais qui cache pourtant toujours de grands trésors…

 

 

Plusieurs bijoux porte-bonheurs liés au paganisme et aux anciennes religions

7 faits amusants sur le leprechaun

Cette partie de l’article est sans doute quelque peu plus légère, frivole que le reste.

Il reste toutefois amusant de voir à quel point les traditions autour du leprechaun sont riches et comment des idées « étonnantes » ont pu voir le jour.

Bref, jetons maintenant un œil sur 7 faits amusants au sujet de notre ami de petite taille.

 

Attraper un leprechaun est compliqué…

Attraper un leprechaun n’est pas une chose facile, c’est clair. Ils sont rapides, intelligents, peureux et certains ont même le pouvoir de se rendre invisible.

Bref, il vous faudra beaucoup de chance et de patience pour espérer arriver à vos fins.

À ce titre, nous n’avons pas de conseil précis, tellement chaque rencontre avec ces petits êtres peut être différentes.

En règle générale, le bruit dont nous vous parlions en début d’article (celui de leur marteau sur le cuir des chaussures qu’ils fabriquent) est un bon indicateur. Mis à part cela, le reste retournera de votre ruse et de votre sagacité d’esprit…

Même si vous réussissez à en attraper un, la partie n’est pas terminé. Le leprechaun que vous aurez en face de vous essayera en effet de détourner votre attention par tous les moyens afin que vous le lâchiez du regard et qu’il puisse s’enfuir.

 

…mais pas impossible !

Attention, en attraper un n’est toutefois pas une chose impossible. Les histoires d’hommes et de femmes qui ont vu leurs vœux les plus chers exaucés grâce à un leprechaun ne manquent pas.

Non, il faut simplement que vous sachiez y faire.

Ce fut apparemment le cas en 1989 pour un homme d’affaire irlandais qui prétendit avoir les preuves qu’un leprechaun habitait un colline de son village connue sous le nom de « Slieve Foye ».

Plus précisément, l’homme présenta un minuscule costume vert ainsi que des pièces d’or qu’il disait avoir trouvé dans une clairière…

Même si peu de gens y croient, les « preuves » se trouvent aujourd’hui dans un musée local où les curieux peuvent venir les admirer.

Si vous voulez vous lancer à votre tour dans l’aventure, voici quatre conseils du site wikiHow pour attraper un leprechaun.

 

Certaines villes sont de la partie

Certaines villes accordent une place importance au leprechaun dans leurs traditions et leur folklore.

C’est par exemple le cas de Carlingford dans le comté de Lough en Irlande, où chaque année se tient une grande chasse aux leprechauns.

Les participants cherchent alors des statuettes en céramiques ou de peluches représentant ces êtres de la nature, qu’ils pourront alors échanger contre des prix.

Rien toutefois n’interdit la possibilité qu’un vrai leprechaun puisse un jour se cacher au milieu des représentations factices…

 

Un goût prononcé pour l’alcool

Nous avons tous en tête l’image du farfadet ivre buvant des litres et des litres de bière dans des tavernes chaleureuses au milieu de ses semblables.

Cela est vrai avec certains des leprechauns. En particulier, nos petits compagnons apprécient le vin (souvenez-vous, certains vivent dans des caves à vin pour cette raison) ainsi qu’une boisson irlandais connue sous le nom de « poitín ».

Si toutefois vous voulez trouvez un vrai ivrogne, il vous faudra plutôt chercher du côté des cluricaines, les cousins éloignés des leprechauns connus pour leur coude léger et leurs nombreux tours joués aux hommes.

 

Des cordonniers, mais aussi des banquiers

Nous vous l’avons dit, un leprechaun aura la plupart du temps une profession de cordonnier.

Leur caractère avare et la façon dont ils gardent jalousement leur or les désignent toutefois tout naturellement pour un autre métier : celui de banquier.

Saviez-vous par exemple que les employés de la banque de la saga « Harry Potter », ces petits êtres malingres et calculateurs, étaient inspirés des leprechauns ?

 

Il n’y a pas de femme leprechaun

Eh oui, il semblerait qu’il n’y ait pas de femme leprechaun.

En tout cas, il n’en existe aucune trace. Deux théories principales se sont développées à ce sujet.

D’une part, il se pourrait tout simplement qu’elles soient encore plus peureuses des humains que leurs homologues masculins, et qu’elles se cachent donc simplement mieux.

L’autre théorie veut pour sa part que les leprechauns soient des êtres purement masculins. Leur caractère grincheux, solitaire, buveur et acerbe pourrait être une piste dans cette direction.

 

 

Décoration d'un leprechaun en céramique sur une balançoire.

Le leprechaun en tant que porte-bonheur

Une question se pose à la lecture de cet article : le leprechaun est-il un porte-bonheur ou, tout du moins, une de ses représentations pourrait-elle servit comme tel ?

La réponse est assez simple. Oui.

Dès son apparition, notre petit bonhomme était lié à la richesse par le pot d’or qu’il garde (et donc à la réussite matérielle et l’abondance) mais également à la réalisation personnelle (par les vœux qu’il nous accorde si nous l’attrapons).
Parler de leprechaun porte-bonheur est donc pertinent, ne serait-ce que pour ces deux raisons.

Lorsqu’en plus nous savons à quel point il est rare d’attraper un leprechaun, et donc qu’il faut vraiment avoir une chance exceptionnelle pour y arriver, tout devient est plus clair.

Mis à part la figure du leprechaun, il est intéressant de noter à quel point le sujet du porte-bonheur irlandais est face. Nous pouvons par exemple citer le trèfle à quatre feuilles, symbole du pays, ou encore l’anneau de Claddagh ou la croix celtique.

Une expression désigne d’ailleurs ce lien aux porte-bonheurs : « La chance des Irlandais » (Luck of the Irish en anglais) est en effet couramment utilisée pour désigner une personnage à qui le sort aura souri d’une manière extraordinaire.

Encore une fois, si vous voulez en apprendre plus sur l’Irlande et ses secrets, cette collection de notre site peut être un bon point de départ.

 

 

Jeune femme avec ses cheveux teints en vert et un chapeau de leprechaun.

La place du leprechaun dans la culture irlandaise contemporaine

De nos jours, le symbole du leprechaun porte-bonheur sert d’attraction touristique à de nombreuses villes qui voient là un moyen de s’ajouter en coutumes et en folklore pour pas cher.

Certains villages irlandais se sont ainsi subitement mis à devenir « le village des leprechauns » du jour au lendemain, sans que rien dans leur histoire ne le justifie.

D’autres ont bien entendu un lien réel avec ce personnage légendaire, mais ce n’est vraiment pas le cas de tous.

C’est en réalité dès la fin du Moyen-Âge que les artistes et auteurs de l’île émeraude se sont mis à mettre le leprechaun au centre de leur culture.

Notre personnage fut donc tellement associé aux Irlandais depuis maintenant des siècles que certains ont commencé à s’agacer des leprechauns, estimant qu’ils nourrissaient certains préjugés à leur égard.

Là encore, ce n’est pas la majorité qui, elle, regarde ces traditions folkloriques d’un œil amusé…

Au cours de l’immigration massive des Irlandais en Amérique, la figure du leprechaun s’est même exporté de l’autre côté de l’Atlantique.

Ce sont ainsi aujourd’hui près de 10% des habitants des États-Unis qui ont des origines irlandaises, et donc qui reconnaissent notre leprechaun comme un symbole de leur culture.

Cela se remarque en particulier au cours de la fête de la Saint Patrick où de nombreuses villes américaines se parent des couleurs verte et orange typique de la culture irlandaise.

Pour un simple bonhomme issu des contes de fées, le leprechaun a décidemment de quoi étonner.

 

 

Porte-bonheur présenté dans cet article

Bannière avec une poupée de leprechaun présentée dessus.

 

 

Découvrez cet article au format vidéo

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.