13KGHT73 Le trishula : porte-bonheur et arme légendaire du dieu Shiva – Cyril Gendarme
Congrats ! You Got Freeshipping !
Le trishula : porte-bonheur et arme légendaire du dieu Shiva | Cyril Gendarme

Le trishula : porte-bonheur et arme légendaire du dieu Shiva

Pour faire simple, le trishula (également orthographié trishul ou trisula, du mot sanscrit signifiant « trois pointes») est la lance servant d’arme au dieu hindou Shiva.

Ce symbole pourrait vous être étranger si vous n’êtes pas habitué à la culture indienne, mais il faut bien comprendre que le trushila occupe une place de plus haute importante dans l’Hindouisme.

De nombreuses statues de divinités, principalement de Shiva donc mais également d’autres, nous montrent cette arme combattant le mal et protégeant le monde des hommes.

Comme nous allons le voir dans cet article, il s’agit donc là d’un porte-bonheur très puissant capable de nous aider dans tout un tas de domaines de notre vie.

 

Table des matières :

 

 

Grande statue en pierre du dieu Shiva avec son arme légendaire, le trishula.

Tout d’abord, qui est Shiva ?

Pour bien comprendre le sens du trishula, il faut d’abord que nous nous intéressions à son grand détenteur : le dieu Shiva.

Shiva (ou Siva selon les traditions) est l'un des personnages les plus importants de la mythologie hindoue et, avec Brahma et Vishnu, forme une sorte de trinité à l’indienne, un trio de dieux créateurs et centraux qu’à peu près tous les pratiquants de l’Hindouisme vénèrent.

Nous parlons ici d’une de la plus ancienne religion encore pratiquée aujourd’hui est sans doute de l’une des plus complexes (en tout cas du point de vue du folklore). Décrire un de ses protagonistes avec précision risque donc d’être long pour et compliqué.

En (très) résumé, nous pouvons toutefois dire que Shiva est un dieu destructeur dont le rôle est de supprimer l’ancien, l’abimé et l’usagé.

Tout cela n’en fait toutefois pas une divinité négative : si Shiva détruit, c’est pour laisser la possibilité au neuf et au meilleur d’être créé.

En fait, la fonction de Shiva s’inscrit dans une sorte de grand ordre cosmique et n’est en aucun cas mauvaise ou maléfique.

Étymologiquement, son nom-même signifie « celui de bon augure, qui porte chance ». En Inde, il est également courant de l’appeler « le destructeur ».

Vous l’aurez compris : l’une des principales caractéristiques du dieu Shiva est sa grande complexité. Si d’ailleurs vous voulez creusez le sujet, voici un article qui décrit cette divinité hindoue.

Bref, nous allons le vérifier à travers le symbole du trishula : les pouvoirs de Shiva sont vraiment paradoxaux.

Une vision, sans doute la moins profonde, consiste donc a simplement considérer le trishula comme un symbole du dieu Shiva.

Comme nous en avons parlé plus tôt, ce dieu a pour rôle de détruire afin de mieux reconstruire. Les trois pointes du trishula seraient dès lors respectivement associés aux actes de destruction de conservation et de création.

 

 

Plusieurs jouets en forme de trishula rouge pour les enfants indiens.

Le trishula : grande arme de dieu de la destruction

Les historiens ont retrouvé de nombreux écrits hindous nous parlant du trishula.

L’un des plus anciens, et sans doute le plus intéressant à ce sujet, est le Vishnu Purana. Dans ce texte, l’origine du trishula nous est en fait expliquée en détail.

En fait, ce serait Surya, le dieu-soleil, qui aurait crée cet arme à partie de l’énergie de l’astre qu’il protège.

Plus tard, il en fit cadeau à Shiva afin qu’il puisse combattre au mieux les forces du mal et de l’ignorance.

Combattre le mal et l’ignorance… Voilà d’ailleurs précisément ce à quoi ce pendentif du trishula ou encore cette amulettte porte-bonheur vous serviront !

D’un point de vue linguistique, ce symbole s’attaque à trois choses bien distinctes. « Tri » signifie en effet trois, tandis que « Shul » se traduit par souffrances.

Dans la culture indienne, les trois principaux types de souffrances cités sont souvent :

  • L’aadibhautik : la souffrance physique
  • L’adhyaatmik : la souffrance mental ou morale
  • L’aadidaivik : la souffrances spirituel

 

Le trishula pourrait donc littéralement être « ce qui détruit la triple souffrance »… ou encore « ce qui détruit les trois raisons de la souffrance ».

Car, en effet, il existe encore une autre interprétation au trishula : l’outil de la destruction non pas des souffrances mais de leurs sources.

La tradition hindoue nous le décrit d’ailleurs avec précision comme étant :

  • Les illusions, mentales comme spirituelles
  • Les désirs
  • L’ignorance

 

Une autre façon de voir les choses consiste à se concentrer sur les premiers de ces trois points, à ce savoir l’illusion.

Ceux qui choisissent cette voie considèrent alors le trishula comme capable de décrire les « trois grandes illusions », à savoir :

  • L’illusion du monde physique
  • L’illusion du karma et des vies passées
  • L’illusion de l’esprit, du moi et de l’ego

 

 

Une statue de divinité hindoue et plusieurs autres porte-bonheurs de l'Hindouisme

Une vision plus ésotérique du trishula

Cette façon de voir le trishula est tellement « spéciale » qu’elle méritait bien un paragraphe rien que pour elle.

En fait, la religion hindou a théorisé tout un tas d’énergies subtiles qui parcourent notre corps.

Qu’il s’agisse du concept d’aura ou de celui des chakras, il y a vraiment beaucoup de choses à aller chercher du côté de l’Hindouisme.

Bref, le trishula semblerait être une représentation de certaines de ces énergies et, en particulier des nadis (des sortes de courants énergétiques).

Les deux pointes sur les côtés représenteraient en fait les deux pôles de l’être humain, tandis que celle du milieu nous montrerait le sommet du corps et donc le troisième œil.

Souvent, le trishula sera d’ailleurs représenté avec deux rayons lumineux montant et s’enroulant autour de lui.

L’un correspond dans ce cas à l’Ida (ou énergie féminie) tandis que l’autre représenté le Pingala (ou énergie masculine).

La façon dont les deux hélices remontent le long du trihula n’est d’ailleurs pas sans rappeler ma façon dans l’énergie du kundalini remonte le long de la colonne vertébrale.

Ce n’est pas là le sujet du jour mais, si vous désirez en apprendre plus, voici la page Wikipédia qui parle de ce qu’est le kundalini.

 

 

Porte-bonheurs présentés dans cet article :

Bannière qui présente notre pendentif du trishula de Shiva.

Bannière promotionnelle avec une amulette en forme de trishula.

 

Articles Liés

Nous utilisons des cookies pour fournir et améliorer nos services. En utilisant notre site, vous consentez à leur utilisation.