13KGHT73 Boucles d'oreilles aux crânes végétaux - La Porte Du Bonheur – Cyril Gendarme
Congrats ! You Got Freeshipping !
Boucles d'oreilles aux crânes végétaux - Cyril Gendarme
Boucles d'oreilles aux crânes végétaux - Cyril Gendarme
Boucles d'oreilles aux crânes végétaux - Cyril Gendarme
Boucles d'oreilles aux crânes végétaux - Cyril Gendarme

Boucles d'oreilles aux crânes végétaux

Prix normal
€24,90
Prix réduit
€24,90
Prix unitaire
par 
Couleur


Ces boucles d'oreilles portent en fait des messages d'espoir et de joie.


  • Le crâne est un symbole porte-bonheur mexicain qui nous fait réfléchir sur la vie
  • Les végétaux forment l'emblème de la vie et de la gaieté par excellence
  • Ces boucles d'oreilles fusionnent ces deux considérations philosophiques
  • Matériau : acier inoxydable, alliage de cuivre et zirconium
  • Taille d'une boucle d'oreille : 3,5 x 1,9 cm
  • Poids : 6,5 g
  • Remboursement TOUJOURS possible (voir notre politique de retour)
  • LIVRAISON STANDARD OFFERTE

Allier le crâne et des motifs végétaux ? Vraiment ?

Le crâne semble être le symbole de la mort par excellence.

Les végétaux, eux, représentent la vie, la nature et la joie.

Nous pourrions donc nous dire que ces deux éléments n’ont pas grand-chose à faire ensemble, et que cette paire de boucles d’oreilles porte-bonheurs n’a pas de réel sens.

Rien ne serait plus faux.

Il faut savoir qu’au Mexique, le crâne (connu des locaux sous le nom de « calavera ») est un emblème résolument positif.

Les crânes mexicains nous rappellent en fait à quel point tout est éphémère, que nous sommes tous mortels. Cela fait rapidement naitre en nous des réflexions sur la vie, la mort et l’importance de profiter de chaque instant.

Avec ses fleurs délicates incorporées dans le motif du crâne (nous pourrions presque en sentir l’odeur), ces boucles d’oreilles portent ainsi un message fort : la vie est quelque chose de sacré dont nous devons profiter au maximum !

Cela tranche nettement avec l’image négative que certains pouvaient avoir de ce porte-bonheur de prime abord, n’est-ce-pas ?