13KGHT73 Pendentif du Faravahar - La Porte Du Bonheur
Congrats ! You Got Freeshipping !
Pendentif du Faravahar - Cyril Gendarme
Pendentif du Faravahar - Cyril Gendarme
Pendentif du Faravahar - Cyril Gendarme
Pendentif du Faravahar - Cyril Gendarme

Pendentif du Faravahar

Prix normal
€34,90
Prix réduit
€34,90
Prix unitaire
par 


Ce pendentif du Faravahar fut autrefois un signe de fierté pour des millions de fidèles au Zoroastrisme.


  • Symbole millénaire exprimant la philosophie de Zoroastre
  • Certains ont essayé de supprimer toutes traces du Faravahar... sans succès !
  • Associé à l'accession à des vérités supérieures
  • Matériau : acier inoxydable
  • Taille du pendentif : 3,1 x 5 cm
  • Longueur de la chaine : 60 cm
  • Remboursement TOUJOURS possible (voir notre politique de retour)
  • LIVRAISON STANDARD OFFERTE

C'est quoi le symbole du Faravahar en fait ?

Le Faravahar est sans doute le symbole le plus connu de l’ancien empire perse.

Basiquement, il est formé d’un disque solaire ailé au centre de laquelle se trouve un homme à la longue barbe, à la couronne étrange et tenant une sorte d’anneau en main.

Le Faravahar était en fait un emblème reconnu du Zoroastrisme, un courant spirituel inspiré des enseignements d’un certain Zoroastre.

Avec l’avènement de l’Islam dans la région au 8ᵉ siècle, de nombreux moines détenteurs de savoirs ésotériques furent tués, et les livres sacrés furent brûlés.

Le sens exact du Faravahar fut donc malheureusement perdu.

Si le symbole nous est pourtant parvenu, c’est en fait parce qu’il a su se transmettre via un support qu’on ne peut détruire : la pierre.

Dans les grottes, sur les murs des maisons ou cachés dans les recoins des temples, nous retrouvons en effet ce symbole mystérieux un peu partout sur l’ancien territoire perse.

Même si nous ne le comprenons pas entièrement, les spécialistes s’accordent pour dire du Faravahar qu’il représente la sagesse découlant d’expériences mystiques.

Il est également souvent utilisé pour symboliser l’accession à des vérités supérieures et à une conscience plus juste et plus morale.

Malgré ce début de réponse, une question se pose encore : quoi d’autre à donc bien pu se cacher derrière un symbole porte-bonheur aussi mystérieux ?