13KGHT73 La méditation Trataka pour élever son esprits (script et description)
Congrats ! You Got Freeshipping !

La méditation Trataka pour élever son esprits (script et description)

Trataka est un mot sanskrit qui signifie "regarder" ou "fixer".

Ce terme désigne ainsi une technique de méditation impliquant de fixer un point précis, d’y placer toute notre concentration.

La plupart du temps, ce point sera la flamme d’une bougie. C’est ainsi que cette méditation est pratiquée traditionnellement, et ainsi que nous allons la pratiquer aujourd’hui.

 

Table des matières :

 

 

Bougie noire, du type de celles fixées pendant la méditation trataka.

C’est quoi le principe du trataka ?

Le trataka est une pratique assez semblable à la méditation en pleine conscience. Les origines des deux pratiques s’entrecroisent d’ailleurs à travers la grande histoire de la civilisation indienne. La méditation trataka partage également certaines racines avec le yoga qui, lui aussi, comprend des exercices de concentration visuelle.

Dans sa version la plus solennelle, pratiquer le trataka revient à s’asseoir dans une pièce obscure d’un temple où la seule lumière d’une bougie brille… et de la fixer le plus longtemps possible. En regardant le feu danser et en calmant notre respiration, nous pourrions atteindre des états seconds que certains décrivent comme des transes spirituelles.

Parmi les cinq sens, la vue est sans doute le plus puissant. Pour percevoir par le toucher ou le goût, nous devons être en contact avec l'objet. Pour percevoir une odeur ou un son, nous devons être proches de la source de cette odeur ou de ce son. Notre vue, elle, dépasse toutes ces barrières.

Les Hindous ne s’y sont pas trompés et ont  élaborés une théorie décrivant la vue comme le sens le plus sacré, celui nous permettant de nous rapprocher le plus facilement de la réalité des choses. Lorsque nous observons une œuvre d’art, notre vue nous transporte. Quand nous nous baladons en nature, c’est notre vue qui nous offre les plus beaux paysages.

Là où nos yeux se démarquent encore plus du reste de nos organes, c’est par leur lien unique avec notre esprit. La connexion entre la vision et le cerveau est documenté par des tonnes d’études scientifiques, mais ce n’est pas ce qui nous intéresse ici.

Selon la tradition indienne, la méditation trataka agirait directement sur notre troisième œil (aussi appelé « Ajna »), le chakra gouvernant la conscience, l’intuition, la perception du réel et la possibilité de s’éveiller spirituellement.

 

 

Plusieurs pierres de médecine énergétique, un bol chantant apaisant et de l'encens propice à la méditation

Les effets de cette méditation

Par sa forme unique, la méditation trataka apporte des bénéfices eux aussi uniques. Que nous parlions de mental, de posture ou de bienfaits respiratoires, les vertus ne manquent pas.

Même si vous y retrouvez les habituelles effets reposants et apaisants des méditations spirituelles, celle-ci revêt une caractère radicalement particulier.

Une potentialisation de nos fonctions cérébrales…

La science moderne nous a largement confirmé que, oui, nos yeux et notre respiration (deux éléments mis en action dans le trataka) influent directement sur notre activité cérébrale. Environ 80% des données sensorielles que traite notre cerveau vient de notre vision. Une telle source d’activité ne peut qu’avoir un impact énorme dessus.

Sans rentrer dans les détails, il a été prouvé que le « calme sensitif » apporté par la méditation trataka permettait de reposer certaines zones de notre cortex qui s’en trouvaient comme régénérées. Plus intéressant encore, cette pratique en stimulerait d’autres liées à la régulation des émotions, à la mémoire et à la clarté mentale.

Des éléments de cet ordre ont d’ailleurs été confirmés par des études faites sur des personnes âgées qui, après avoir pratiqué le trataka, voyaient leurs résultats à des tests cognitifs améliorés !

Une énergie vitale augmentée, une sérénité nouvelle et des capacités cérébrales potentialisées. Que demander de plus !

…et le développement de nouvelles

La pratique du trataka peut ainsi améliorer notre mémoire et notre concentration, pour ne citer que ces deux choses. 

Seulement voilà, ces qualités, nous les possédons tous dans une certaine mesure. Nous avons aussi tous entendu parler de telle ou telle technique (parfois efficace, parfois non, mais c’est un autre débat) pour les améliorer. Là encore, la méditation trataka se démarquera largement, en ce sens qu’elle créera de nouvelles capacités de but en blanc.

Par son action extraordinaire sur le troisième œil (certains parlent d’un éveil, d’autres d’une régénération), elle ouvrira en nous de nouvelles portes spirituelles. Des témoignages de clairvoyance, de médiumnité ou encore de sensibilité aux énergies psychiques ont été notés.

Soyez-y sceptiques ou non, mais le fait est que ces témoignages sont troublants. (Attention toutefois, cela nécessitera toutefois une pratique régulière.)

Une capacité à percevoir la réalité

L’image d’un travail sur nos yeux capables de nous aider à mieux voir, même « spirituellement », est séduisante. En tout cas, l’Hindouisme et le Bouddhisme (les deux principales philosophies indiennes à promouvoir le trataka) semblent aller dans ce sens.

Comme nous l’avons dit plus tôt, le chakra du troisième œil est lié à l’intuition et à la capacité à percevoir. Le développer ne peut donc que nous aider à voir le monde dans sa réalité.

En y réfléchissant bien, cette capacité est tout simplement essentielle. Si nous sommes sur un chemin spirituel, savoir discerner le vrai du faux nous évitera de tomber dans des pièges… et donc nous aidera à nous rapprocher de l’illumination/éveil spirituel. Si nous sommes simplement acteur de ce monde, là encore de meilleures réponses s’offriront à nous, en ce sens que nous saurons percevoir la réelle nature de questions auxquelles elles répondront.

Une amélioration de notre vision

Face aux autres vertus de la méditation trataka que nous venons de citer, celle-ci peut sembler quelque peu trivial : eh oui, cette pratique pourrait bien affuter notre vision. En concentrant votre regard sur un point précis, vous activer les muscles qui entourent vos yeux, les rendant ainsi plus puissants.

De la même manière qu'un travail fait sur le souffle au cours d'exercices de respiration peut améliorer nos capacités cardio-vasculaires, le vision peut profiter d'une pratique active.

Pour retirer ce bénéfice, il faudra toutefois que le trataka soit pratiquez correctement. N’y allez pas trop vite, développez vos capacités progressivement en restant attentif aux signaux de votre corps et tout devrait bien se passer.

 

 

Jeune homme qui allume une bougie pour faire s'élever un ballon.

Préparer la méditation trataka

Le trataka est une méditation ancienne, et donc assez codifiée.

La plupart des sources nous disent que le meilleur moment de la pratiquer est au lever ou au coucher du soleil, et de préférence à jeun. La régularité de la pratique sera toutefois plus importante que son moment précis.

Comme nous l’avons dit, vous aurez à fixer un point particulier. La flamme d’une bougie sera la plus souvent utilisé, mais n’importe quel point fixe pourra en réalité faire l’affaire. Si vous connaissez une sensibilité trop forte à la lumière, il peut même être bon de commencer par quelque chose de moins lumineux.

Si vous avez choisi une flamme, veillez à ne pas vous placez trop près d’elle, auquel cas elle pourra assécher vos yeux. Quoi qu’il en soit, les lentilles de contact devront être retirées.

Il sera difficile pour un débutant de tenir son regard plus de quelques secondes. La pratique du trataka implique un dépassement de soi, mais veillez à ne pas vous abimer les yeux. Votre capacité à fixer la flamme augmentera naturellement avec les séances, ne vous inquiétez pas.

 

 

Plusieurs statues du Bouddha illuminé, alignées dans un temple bouddhiste.

Les différentes étapes

Ces différentes étapes sont en réalité censées se suivre harmonieusement, plutôt que d’être découpées en parties distinctes.

Après tout, cette méditation guidée forme un tout construit comme une seule une œuvre, un seul outil capable de fonctionner dans son unicité.

Dans la vidéo et l’audio, aucune distinction n’est d’ailleurs faite.

Le découpage qui suit n’a donc pour seul but que de vous aider, a posteriori, à comprendre les modes d’actions mises en œuvre dans le cadre de cette méditation.

Étape #1 : Préparation du trataka

Bien, nous pouvons commencez.

Comme pour n’importe quelle méditation, prenez une position confortable, et prenez quelques instants pour détendre votre corps.

Commencez donc à fixer le centre de la flamme quelques instants.

Remarquez les muscles autour de vos yeux. Sont-ils tendus ?

Si c’est le cas, détendez-les par quelques massages, puis essayez à nouveau de fixer la flamme.

Le but est de fixer sans cligner des yeux. Si toutefois le besoin se fait trop sentir, clignez, puis revenez au trataka.

Faites cela quelques instants, une demi-minutes environ.

Des larmes peuvent commencer à couler du fait de votre regard soutenu. Cela n’a rien d’anormal.

Ce n'est pas grave si vous ne pouvez garder les yeux ouverts que pendant quelques secondes au début, l’important est que durant ces quelques minutes, vous observiez ce point au maximum.

Essayez de ne pas cligner des yeux.

Étape #2 : Observer l’image rémanente dans notre esprit

C’est très bien, vous venez de faire la plus grosse part du travail.

Vous pouvez maintenant fermez les yeux. Vous devriez voir l’image rémanente de la bougie que vous venez de fixer. C’est tout à fait normal.

Essayez de déplacez l’image de cette flamme un peu au-dessus du centre de vos deux sourcils, là où se trouve le chakra du troisième œil. Vous pourriez y ressentir une petite sensation de chaleur.

Concentrez-vous sur l’image de la flamme, exactement de la façon dont vous vous êtes concentré sur la bougie réelle.

Essayez de la maintenir la plus claire possible dans votre esprit.

L'image va apparaître, disparaître et réapparaître. Continuez à l'observer jusqu'à ce qu'elle disparaisse complètement.

Dans pensées ont pu traverser votre esprit durant cet exercice. Cela n’a rien d’étonnant. Observez-les simplement et laissez-les coulez, laissez-les partir aussi simplement qu’ils sont venus.

Étape #3 : Répéter les étapes précédentes de la méditation

Vous venez de réaliser un cycle de trataka. C’est déjà très bien, mais pour potentialiser les effets de la méditation, nous allons encore en faire 3.

Ouvrez donc à nouveau les yeux, et fixez la flamme pour 30 secondes environ.

Une fois encore, essayer de maintenir le regard sans cligner.

[…]

Fermez maintenant les yeux.

Voyez la flamme dans votre esprit, et déplacez cette énergie vers ce point entre vos sourcils et votre front.

Gardez cette image en tête.

Ignorez les pensées.

[…]

Ouvrez à nouveau les yeux.

Observez la flamme.

[…]

Fermez les yeux, et déplacez l’image de la flamme.

Sentez sa chaleur, qui nettoie vos pensées.

[…]

Ouvrez les yeux.

Observez.

Fermez les yeux.

Étape #4 : Fin de la méditation

Ouvrez les yeux. Voilà, nous venons de réaliser le dernier cycle de trataka.

C’est très bien, vous pouvez être fier de vous.

Laissez quelques instants à vos yeux pour récupérer. En d’autres termes, ne vous précipitez pas sur un écran et évitez un soleil trop intense.

Le trataka est un formidable outil capable de purifier notre esprit de nombreux parasites mentaux, d’ouvrir notre perception au sacré et de développer notre intuition.

Ce sont ces points, mais bien d’autres aussi, que vous venez de travailler. Félicitations.

 

 

Plusieurs bougies allumées dans un autel religieux et spirituel.

Les autres méditations guidées de notre série

Parmi les nombreuses objets que nous proposons à notre communauté, nous avons notamment rassemblé quelques outils de méditation.

Voici la collection en question, faite donc d’objets issus de cultures des quatre coins du monde mais partageant un même but : aider à la pratique de la méditation ou, tout simplement, de la relaxation et de la détente.

Bref, vous y trouverez des bols chantants, divers instruments de musique, des drapeaux et décorations, des pendules de reiki ou encore certains ingrédients et cristaux.

 

Voici également une collection de livres gratuits qui, peut-être, pourront vous aider dans votre vie. Entre alimentation saine, autohypnose, prières et confiance en soi, de nombreux thèmes sont traités dans notre bibliothèque qui, encore une fois, vous a été entièrement ouverte.

 

Si vous désirez découvrir nos autres méditations, voici la section de notre blog qui les regroupe toutes.

Là aussi, nous avons voulu traiter des thèmes les plus variés possibles (dans la limite de nos connaissances, bien entendu).

Si toutefois vous n’y trouvez pas votre bonheur, n’hésitez pas à nous le dire en laissant un commentaire dans la section à la fin d’une des méditations : nous le lirons et essayerons d’en prendre compte dans nos travaux à venir !

 

 

Grande séance de hatha yoga en extérieur.

L’histoire de la méditation trataka

Le yoga comprend six branches. La plus populaire (et sans doute la plus facile à mettre en action) porte le nom de « hatha yoga ». Dans sa traduction littérale, le hatha yoga signifie « yoga de force » ou « yoga de puissance ». Sans trop de surprise, cette branche comprend la plupart des exercices physiques du yoga, comme sa fameuse gymnastique, ses étirements… mais aussi la pratique du trataka.

Plus particulièrement, le trataka fait partie du sous-catégorie du hatha yoga connut sur le nom des « Shatakarma » (ou « six techniques »), un ensemble de six techniques visant à la purification de l’esprit et, plus particulièrement, de son centre présumé dans la tradition hindoue : le troisième œil. Aussi bien physiquement que spirituellement, le Shatakarma est vu en Inde comme la science traditionnelle de la vision.

Fait intéressant, cette idée d’une purification mentale rendue possible par une purification de la vision se retrouve dans de nombreuses philosophies, et ce en de nombreux endroits du monde.

Dans le zen japonais par exemple, le regard est crucial dans certains méditations, où le pratiquant doit fixer le sol avec des yeux à moitié fermés.

Dans le Soufisme (une école ésotérique de l’Islam), la méditation dite « mouraqaba » implique de rester immobile tout en fixant un point unique.

Au Tibet, certains pratiques spirituelles encourant à fixer le ciel le plus longtemps possible de son regard.