Le symbole du caducée d’Hermès : origine, signification

Le symbole du caducée d’Hermès : origine, signification

Dans le monde grec de l’Antiquité, les voyageurs, commerçants et autres messagers portaient souvent un étrange bâton avec eux. Il s’agit du caducée (parfois aussi connu sous le nom de kerykeion), un symbole du dieu Hermès.

Formé d’une tige courte décorée d’ailes, le caducée voit deux serpents s’enrouler autour, leurs têtes se rencontrant juste en dessous des ailes.

En fait, ce symbole représentait tout un tas de choses pour les Grecs de l’époque. Un nombre impressionnant de métiers et d’activités étaient en réalité associée au dieu Hermès et, à travers lui, au caducée d’Hermès.

Parmi ses attributs (que nous développerons dans cet article), nous pouvons citer des choses aussi variées que le commerce, l’éloquence, le commerce et la musique.

Ces quelques exemples nous font comprendre une facette essentielle de la personnalité d’Hermès : il s’agit d’un dieu léger, presque aérien.

Le symbole du caducée est donc utilisé par tout un tas de personnes, et ce dans tout un tas de situations différentes.

En particulier, certains médecins et hôpitaux l’utilisent comme emblème. Il s’agit le plus souvent là d’une erreur, Hermès n’étant absolument pas un dieu médecin.

Là encore, nous analyserons ce phénomène dans notre article.

D’une description d’Hermès et ses pouvoirs à une analyse poussée de la signification du caducée, en passant par une réflexion sur la médecine chez les Grecs, nous vous souhaitons une agréable lecture.

 

 

Statue en bronze montrant le dieu Hermès coiffé de son casque ailé et tenant son caducée devant un ciel bleu.

Mais en fait, qui est le dieu Hermès ?

Hermès (dont voici une généalogie plutôt complète) est l’un des douze dieux olympiens et sans doute pas le moins important. Fils de Zeus et de Maia (une des sept Pléiades et fille du titan Atlas), il est le dieu le plus jeune de la mythologie grecque.

Ses domaines de prédilections sont extrêmement nombreux et varier. Voici une liste (non exhaustive) des principales activités et personnes placées sous sa protection :

  • Les voyageurs
  • Les bergers
  • Les orateurs
  • Les politiciens
  • Les philosophes
  • Les écrivains
  • Les poètes
  • Les musiciens
  • Les sportifs
  • Les commerçants
  • Les inventeurs
  • Les voleurs

Pour beaucoup, Hermès est aussi à côté de cela le système nerveux de l’Olympe. Grand communicant, il est le dieu du transport, des voyages et des commerces.

Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’il soit cité un nombre invraisemblable de fois dans la mythologie grecque en tant qu’émissaire ou que messager.

Le peuple grec a en réalité une histoire et des croyances parmi les plus intéressantes au monde. Si comme beaucoup d’autres ce sujet vous passionne, vous devriez jeter un œil aux porte-bonheurs issus de la Grèce antique que nous avons dénichés pour vous.

Bref, les légendes nous le décrivent également comme un dieu intelligent et farceur, allant parfois jusqu’à faire preuve de ruse.

Dans certains mythes, Hermès nous est décrit comme un filou qui se plait à déjouer les autres dieux, soit pour le bien de l'humanité, soit pour son amusement et sa satisfaction personnelle.

Par cette relation proche avec les hommes, c’est donc souvent lui qui est chargé de faire le sale boulot des autres dieux sur Terre. Eh oui, il n’agit pas toujours dans notre sens.

Pour tout cela, Hermès symbolise l’adaptabilité de l’esprit, la capacité à survivre dans toutes les situations pas son intelligence et son ingéniosité.

Bref, nous allons maintenant nous plonger plus en avant sur les attributs, les pouvoirs et les différentes fonctions de celui qui fit couler tant d’encre d’Homère à nos jours : le dieu Hermès.

 

Sculpture en marbre blanc grec montrant Hermès assis.

Les attributs d'Hermès

Les représentations que nous avons de ce dieu grec dans les arts nous le montrent souvent affublé des mêmes attributs.

Parmi ceux-ci, nous pouvons citer le caducée (forcément), le coq, l’herma (une sorte de pilier rectangulaire), la tortue, le sac à double sangle, des sandales et un casque des plus particuliers.

Des deux derniers éléments ont la particularité… d’avoir des ailes !

Eh oui, en tant que dieu messager, Hermès devait pouvoir se déplacer rapidement d’un coin à l’autre de la Terre. Ainsi, ce type d’accessoire magique lui rendait la tâche possible.

Pour vous en faire une idée, nous pourrions dire que son casque ressemblait à celui du fameux personnage de bande dessiné Astérix le Gaulois.

Malgré la pléthore de symboles associés à Hermès (nous n’en avons en réalité cité ici qu’une petite partie), le plus célèbre reste assurément son caducée.

Ce terme vient en réalité du latin (et devait donc sous certains aspects être associé au dieu Mercure, le pendant romain d’Hermès). Lorsqu’il est traduit en grec ancien, il nous donne plutôt « kerikeion ».

Plus qu’un simple moyen de le différencier des autres dieux sur les peintures et poteries, la signification caducée d’Hermès était profonde et cet objet était réputé contenir de grands pouvoirs magiques.

Certains récits nous en parlent comme un outil servant à plonger quiconque le regarderait dans un sommeil très profond. D’autres nous le montrent plutôt au contraire comme capable de réveiller n’importe qui de son sommeil, même les morts…

De plus, la présence du serpent sur le caducée est lui aussi, comme nous le verrons bientôt, très significatif. Pour bien voir de quoi nous parlons, vous trouverez ici un collier portant le caducée que nous proposons sur notre site.

Bref, nous parlerons de tout cela plus loin dans l’article. Pour le moment, continuons de nous intéresser au dieu Hermès.

 

Grande statue en marbre du dieu Hermès prêt à user de ses pouvoirs magiques divins.

Ses pouvoirs

Le dieu Hermès avait en réalité beaucoup de pouvoirs magiques (comme la plupart de ses semblables en réalité).

Comme nous venons de le préciser, il pouvait agir sur le sommeil des gens. Afin de pouvoir nous jouer ses tours sans être dérangé, il pouvait endormir n’importe qui en l’espace d’un instant. A contrario, si cela allait dans le sens de ses mystérieux desseins, il pouvait nous réveiller à son bon vouloir.

En tant que messager, Hermès avait une particularité par rapport aux autres dieux : il avait acquis la réputation d'être le seul dieu olympien à pouvoir traverser la frontière séparant les enfers, le monde des dieux et celui des vivants.

Cela lui valut d’ailleurs selon certains historiens spécialisés en mythologie d’être considéré comme « le chef d'orchestre, celui qui transportait les âmes des morts en enfer ».

Quoi qu’il en soit, Hermès aimait user (et parfois même abuser) de ce monopole, non sans une pointe d’orgueil d’ailleurs.

Si nous rajoutons à ce pouvoir tout de même conséquent tout un tas d’autres liés à ses capacités de magicien, nous comprenons vite que rien ne pouvait l’empêcher de nous jouer tous les tours qu’il voulait.

 

Représentation en bronze d'Hermès chantant et récitant des poèmes.

Une naissance remarquée !

Les anciens racontent qu’Hermès naquit tôt le matin dans une grotte du mont Cyllène, dans le Péloponnèse.

À midi déjà, le nouveau-né Hermès avait fabriqué un instrument de musique à cordes qu’il appela « lyre ». Il l’utilisa ensuite pour produire une musique absolument somptueuse, chantant par-dessus pour célèbre sa propre venue au monde.

Le soir de son premier jour sur Terre, Hermès se faufila dans le troupeau de son frère ainé, Apollon, pour lui voler du bétail… Précoce le petit !

Voyant cela, son frère aurait pu se mettre en colère, il n’en fut rien et la raison à cela est assez simple.

Contrairement à ce qu’aurait fait n’importe quel autre voleur, Hermès n’avait pas dérobé les biens de son frère pour son propre profit. Son but était en réalité de remettre les bêtes (qui symbolise alors dans ce cas les marchandises en général) en circulation.

Si ce genre d’histoire vous intéresse, voici une description plus détaillée de la naissance de ce dieu grec.

 

Marché aux légumes où des commerçants vendent leur production.

Le dieu du commerce

Eh oui, nous parlons ici du dieu des voleurs… mais aussi de celui des marchands.

Il avait donc pour objectif de créer de l’activité commerciale pour les hommes au travers de la circulation de marchandises.

Il faut savoir que le sol et le climat grec sont idéals pour profiter de bonnes vacances, oui, mais qu’ils n’offrent bien souvent que de maigres récoltes et que les animaux y ont parfois du mal à trouver un pâturage satisfaisant.

Ainsi, pour les Grecs anciens, le commerce agricole en particulier revêtait une importance particulière, représentant parfois la vie d’une communauté entière, ou sa mort.

En ce sens, Hermès est une figure majeure dans la Grèce antique. Il était lié d’une part au bergers et éleveurs, mais aussi aux commerçants. Ainsi, la vie quotidienne dépendait bien souvent des domaines placés sous son autorité.

Alors que l’aristocratie de l’époque était plutôt formée d’une élite foncière qui possédaient les terres, accumulant des richesses sans vraiment les faire circuler et causant parfois des famines par simple profit, les marchands étaient vus comme une population plus simple et proche du peuple, fluidifiant les échanges à l’intérieur de la société.

 

Musicien habillé d'une chemise noire qui joue de la guitare sèche.

Le dieu de la musique

Comme nous venons de le voir, Hermès était un dieu créatif qui, dès son premier jour, avait déjà créé un magnifique instrument de musique et en avait sorti une musique incroyable.

Voici plus précisément le récit de cette création.

Il attrapa en fait une tortue qui lui passait alors sous la main pour en prendre sa carapace. Ensuite, en l’honneur des sept Pléiades (dont sa mère faisait partie donc), il tissa sept cordes qu’il tendit sur la carapace.

Les sons qui sortirent de cet étrange dispositif surent séduire tous les dieux alors présents.

Ainsi, le dieu Hermès est considéré comme le créateur et la source de la musique. Tous les instruments découlent directement de son génie, et il n’y a de talent de musical en aucun homme sans son accord et sa bénédiction.

 

Ancienne carte sur laquelle sont déposée des photos de voyage et un appareil photo.

Le dieu des voyages

Dans les temples, la littérature, les légendes qui nous sont parvenues… Il y a un nombre impressionnant de preuves que, oui, Hermès était un les dieu des voyages.

Voyant par les airs mais parfois aussi sur les routes, il bénissait par là même tous les chemins ainsi que ceux qui les empruntent.

Par son lien avec les chemins, c’est aussi Hermès qui dirige les coureurs et les marathoniens (et, par extension, tous les sportifs en général).

Qui dit routes et chemins dit aussi frontières et barrières. C’est encore là une chose que chapeaute Hermès. Toutefois, un peu comme le dieu qui sait traverser les barrières entre les mondes, jamais aucune frontière mises en place par l’homme n’existe sans passage.

 

Bouteille contenant un message échouée sur une plage.

Le dieu-messager

Si Hermès portait un casque, des sandales et son caducée tous trois décorées d’ailes, c’était pour une bonne raison : en tant que messager, il devait voyager le plus vite possible.

De fait, il nous est souvent décrit comme le plus rapide des dieux, celui qui arrive avant tout les autres et qui battrait n’importe lequel à la course.

Le dieu Hermès reçut le rôle de messager en raison de cette vitesse, mais pas que. Ses qualités d’éloquence (de manipulations pour certains) savent aussi le rendre agréable aux dieux comme aux hommes, qui tous sont donc toujours contents de le voir apporter un message. 

Hermès était donc le messager de tous. Il y avait toutefois un personnage en particulier à qui il a toujours aimé : son père Zeus.

Le roi des Olympiens le lui rendait bien et demandait souvent conseil au sage Hermès lorsqu’il fallait prendre de lourdes décisions.

 

 

Dessin montrant le  symbole du caducée, un bâton ailé autour duquel s'enroulent deux serpents.

Aspect et représentation du caducée d’Hermès

Concrètement, le symbole du caducée est fait d’un bâton ailé avec deux serpents enroulés autour. Vous trouverez ici de nombreuses images et photos vous montrant cet accessoire.

Souvent montré tenu par le dieu Hermès, le caducée peut parfois aussi être trouvé seul dans certaines représentations. Bien souvent, ce sont celles-là qui permettent de bien comprendre son sens profond.

Selon certains historiens, les serpents du caducée d’Hermès n’auraient au départ pas été présents. À la base se trouvaient deux rubans, transformant ainsi le symbole en ce que les Grecs appelaient un « bâton de héraut ».

Dans un second temps donc, les serpents arrivèrent… mais pas forcément sans la forme que nous leur connaissons aujourd’hui. De fait, ce n’est qu’encore plus tard qu’ils s’enroulèrent autour de la tige pour former un huit.

Le symbole du caducée est en réalité un porte-bonheur grec très ancien (millénaire même pour être exact).

Ainsi, les représentations peuvent varier, le contexte dans lequel se trouve le fameux bâton influençant forcément ses caractéristiques.

Étudier la signification du caducée d’Hermès promet donc d’être une tâche difficile et complexe, un véritable défi en somme.

Ce défi justement, nous l’avons relevé pour vous.

 

 

Anciens grimoires et bouquins d'histoire grecque contenant de précieuses informations quant à la signification et à l'origine du caducée.

Origine et signification du caducée

Il y a certaines choses qui ne sont pas enseignées dans nos écoles.

Loin d’êtres inutiles, elles cachent bien souvent des secrets majeurs, de grandes clés de compréhension de notre monde.

L’histoire de anciens fait partie des ces choses et la mythologie grecque est un exemple frappant de comment l’éducation tente parfois de réécrire l’histoire.

Hôpitaux, cabinets médicaux, pharmacies : jetez un coup d’œil dans tous ces lieux liés à la santé et force sera d’admettre que le symbole du caducée y est présent.

Comme nous le montre cet article, le symbole du caducée d’Hermès est bel et bien associé au corps médical.

Or,a santé est sans doute la chose la plus précieuse que peut posséder un être humain. Voir un symbole partout là où elle est censée être préserver est forcément un acte lourd…

En réalité, cette présence traduit plusieurs choses.

D’une part, il apparaît clairement que les civilisations du passé possédaient certaines connaissances sans doute plus poussées que ce que l’on veut bien nous dire, en médecine notamment.

Étudier l’origine du caducée pourrait donc bien nous révéler des secrets cachés du passé.

D’autre part, choisir un symbole lié à une ancienne religion n’est pas anodin. Pourquoi donc dans notre société sceptique au possible, un des emblèmes les plus répandus de la science est-il directement issu des croyances millénaires ? Là encore, la question se pose…

Depuis longtemps, les valeurs et l’éthique à adopter pour la pratique de la médecine font débat. Le symbole du caducée d’Hermès pourrait-il nous fournir certaines pistes ?

Qui sait, peut-être que si nous comprenons la véritable signification du caducée, nous comprendrons mieux la philosophie cachée derrière la médecine moderne.

Ou bien peut-être qu’au contraire, il ne s’agit là que d’un ancien folklore, une coutume amusante qui se serait transmise sans réelle sens ni but.

Une chose est sûre : l’origine du caducée est très ancienne et remonte, selon les historiens, à environ 1400 avant JC.

De cette époque à nos jours, le symbole a voyagé, s’est transmis de culture en culture, certains éléments s’ajoutant et d’autres se retirant, pour au final nous arriver tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Bref, nous allons maintenant partager avec vous quelques idées parmi les plus partagées quant aux secrets et à la signification du caducée d’Hermès.

 

Jeune femme médecin posant dans le couloir d'un hôpital.

L’emblème de la médecine ? Vraiment ?

C’est vers le septième siècle avant notre ère que le caducée est devenu un emblème utilisé par les médecins… ou plus précisément par ceux qui allaient le devenir.

Il ne serait pas juste de parler de médecine à l’époque. Malgré quelques brides d’idées et des penseurs qui allaient marquer cette pratique (nous pouvons par exemple penser au célèbre Hippocrate), la thérapeutique en Grèce antique correspondait plutôt à des soins apporter par des guérisseurs, le tout teinté de magie et d’ésotérisme.

Astrologues, hermétistes, guérisseurs : c’est précisément ceux qui pratiquaient ce type d’art qui utilisèrent largement le symbole du caducée en premier.

De nos jours encore d’ailleurs, de nombreuses personnes qui travaillent dans ces domaines aiment porter une broche montrant le caducée telle que celle-ci.

Ce choix est sans doute lié aux serpents présents sur le caducée. Depuis longtemps, ces animaux à sang froid entretiennent un lien profond avec la science et la guérison.

Parce qu’il mue, le serpent est un symbole de renouveau, de régénération et de la possibilité d’une nouvelle vie. De plus, les Grecs anciens considèrent qu’un animal qui pouvait se déplacer librement sans pattes ni jambes devait forcément être sage et intelligent.

En réalité, et nous le verrons plus loin dans l’article, Hermès n’était même pas le dieu de la médecine.

Alors qu’il protégeait les astrologues et certains magiciens, il n’avait que faire des pratiquants de médecine !

 

Travail d'astrologie sur papier impliquant les astres célestes et la date de naissance.

Le point de vue ésotérique

Alors que la médecine telle que nous la concevons est une pratique (très) récente, d’autres formes d’arts comme l’astrologie et l’alchimie sont beaucoup plus anciennes.

Beaucoup pensent donc que l’origine du caducée pourrait être liée à ces pratiques.

Comme il n’existe pas de science officielle de ce type, les théories vont souvent de bons trains et, lorsque nous nous intéressons à ces sujets, nous pouvons entendre de tout.

Nous avons donc essayé de trouver des idées plausibles à vous présenter. Sachez toutefois qu’il en existe tout un tas d’autres.

Bref, voici quelques pistes de réflexion :

  • Plus qu’un simple symbole de guérison et de longévité, la figure du serpent du caducée aurait de véritables pouvoirs magiques. Sa seule présence suffirait à nous délivrer de nombreux maux et à accélérer le rétablissement de certains malades.
  • La présente de deux serpents en harmonie est assurément un signe d’équilibre. Certains voient cela comme la nécessité du juste milieu à viser pour notre corps si nous voulons conserver une bonne santé.
  • Les deux serpents représenteraient respectivement le canal lunaire (Ida) et le canal solaire (Pingala) de la philosophie yogique. Les nettoyer et les équilibrer est une condition nécessaire à la montée du kundalini, la fameuse « montée du serpent » le long de la colonne vertébrale comparée par certains à l’illumination. Dans la tradition occidentale, cela correspond à ce que nous appelons le « mariage alchimique ». L’origine du caducée serait donc peut-être à chercher du côté du mysticisme et de l’ésotérisme...
  • Le chiffre huit formé par les serpents est important pour les praticiens de la numérologie. En effet, ce chiffre représente le pouvoir, la volonté et un caractère ambitieux. En ce sens, la signification du caducée nous montre qu’il faut affronter les épreuves au risque de dévier de notre chemin de vie.
  • Pour certains, il ne s’agit pas d’un huit mais d’une double hélice d’ADN. Cela signifierait que les peuples de l’Antiquité avaient beaucoup (mais alors beaucoup) plus des connaissances scientifiques que nous le pensons. La présence du serpent sur le caducée ne serait dans ce cas qu’un message caché… Mais pourquoi avoir caché ce message ?
  • Certains astrologues comparent le sommet du caducée d’Hermès à des cornes. Référence à la bête ou à des divinités plus anciennes ? Possible ?

 

Ancienne bible ouverte à un chapitre contant la vie du prophète Moïse.

Des informations dans… la Bible !

Certains pensent que l’origine du caducée d’Hermès pourrait être encore plus ancienne que ce que nous imaginions. En effet, des traces d’un symbole similaire ont été retrouvées en Mésopotamie vers l’an 2600 avant JC.

De plus, il y a plusieurs allusions faites dans l’Ancien Testament à ce symbole…

Au cours de l’Exode par exemple, Moïse a été chargé par Dieu de façonner un poteau sur lequel il devait positionner un serpent d’airain qui devait alors permettre de sauver la vie des Israélites touchés par le venin d’animaux qu’il représentait. Vous trouverez plus d’informations sur ce passage des Écritures dans cette analyse du site interbible.

Le but recherché était, à la base, que les hommes lèvent la tête lorsqu’ils priaient et, ainsi, qu’ils se rappellent Dieu.

Apparemment, ce sens fut oublié et le peuple hébreu se mit à prier le totem jusqu'au règne d'Ézéchias comme décrit dans le livre des Rois.

Le serpent du caducée serait une allusion à ce passage de la Bible ? Possible aussi…

 

Deux bracelets faits de perles noires et blanches qui symbolisent les dualités.

Le caducée d’Hermès : symbole de nombreuses dualités

L’origine du caducée est donc apparemment incertaine.

Bien que principalement utilisé par les Grecs, d’autres peuples et d’autres cultures lui donnèrent un sens propre.

Toutefois, la présence des deux serpents s’unissant en harmonie, formant de la sorte une forme symétrique, a amené à des nombreuses interprétations liées à la nation de dualité.

Les asiatiques peuvent facilement y retrouver leur nation d’équilibre Yin-Yang, bien que quelques notions diffèrent.

Certaines doctrines énergétiques, comme le yoga ou le taoïsme, considèrent que chaque serpent du caducée d’Hermès représenté un canal énergique du corps, l’un servant à la « montée » et l’autre à la « descente ».

Ainsi, nous pouvons dire que notre porte-bonheur grec est un symbole du système nerveux. En effet, nos nerfs se divisent en deux grands groupes complémentaires. Nous avons d’une part le système sympathique (qui nous prépare à l’action) et le système parasympathique (qui nous aide à récupérer).

 

Homme regardant à travers une loupe avec un air étonné, comme s'il avait commis une erreur.

Une confusion bien trop courante

Il y a en réalité deux symboles grecs que nous avons parfois tendance à confondre tellement leur aspect est semblable. Il s’agit du caducée d’Hermès d’une part, et de bâton d’Asclépios d’autre part.

Nous vous avons déjà présenté le premier. Le second correspond à un simple bâton autour duquel s’enroule un seul serpent. Vous trouverez ici un pendentif qui vous en montre un exemple.

Asclépios (ou Esculape en français), lui, était bien un dieu guérisseur aux capacités médicales absolument incroyables.

Vous l’avez sans doute compris : l’utilisation du caducée en tant qu’emblème de la médecine est une erreur et ne correspond ni plus ni moins qu’à une confusion entre deux symboles !

Pourtant, cette erreur est très répandue. Au début du 21ème siècle, une enquête visant à déterminer quel symbole utilisaient les médecins prit place aux États-Unis. Le résultat est édifiant.

Environ 40% d’entre eux en effet l’utilisaient pour représenter leur profession. De plus, 86% estimaient que la signification du caducée d’Hermès était avant tout médicale.

Espérons au moins qu’après lecture de cet article, vous ne fassiez plus l’erreur !

 

 

Porte-bonheur présentés dans cet article :

Bannière montrant le collier de la caducée que nous proposons sur notre site.

Bannière qui montre le broche de la caducée très appréciée de certains médecins et spécialistes de l'ésotérisme.

Bannière sur laquelle se trouve une photo du pendentif "bâton d'Asclépios" de notre site.

 


1 commentaire

  • Anwen

    Bonjour,
    L’antiquité a donné un grand rôle au serpent.
    Cet animal rampant (ancien emblème de l’homme pervers) symbolise ce qui est bas, lâche, vil.
    Les dégénérés ont fait du serpent une divinité qu’on adore.
    « Kâna el-insânu hayyatan fil-qidam. » (« L’homme fut serpent autrefois. »), nous rappelle une expression arabe.
    « C’est un serpent que je nourris pour le genre humain. » dit Tibère à propos de Caligula.
    On représenta par les deux serpents du caducée les deux aspects du pouvoir de l’homme : le Roi, le Prêtre. Ensemble, mêlant la force à la ruse, ils vont torturer l’humanité.
    Précisons que les « Hermès », non générique des prêtres égyptiens, sont venus, dans le cours des siècles, jeter le voile du mystère sur toutes les antiques vérités.
    Le serpent, l’homme vil, a mille noms. En Egypte, c’est Typhon (anagramme de Python) et personnifie les fléaux de la Nature et les maux du corps et de l’âme.
    En Syrie, c’est Nahash. C’est celui-là qui est le héros de la légende d’Adam et Eve.
    Chez les Perses, le méchant est représenté par le serpent Ophinéus.
    Les Druides représentaient le serpent (l’homme méchant) par Hu.
    Thoth était représentée par la tête d’Ibis, et cet oiseau lui était consacré.
    L’Ibis était un oiseau sacré parce que sa spécialité était de faire la chasse au serpent qui personnifie l’esprit du mal, le mensonge, la fausseté et la ruse.
    Un 25ème degré des Mystères fut créé par des chevaliers qui, étant en Palestine lors des Croisades, avaient trouvé des Israélites captifs des Musulmans et les avaient délivrés. Ceux-ci, en reconnaissance leur firent connaître la tradition du « Serpent d’airain », qui s’était perpétuée en Judée. La révélation de cette tradition qui leur fut faite est l’origine de la fondation de l’Ordre des Templiers.
    Au Louvre, on peut voir Minerve assise et menacée dans sa sagesse et dans sa dignité par des serpents qui s’élèvent autour d’elle.
    Certains, encore aujourd’hui, parlent de « reptiliens », dirigeant la terre en gardant les humains dans l’ignorance. Un terme, évidemment, à prendre au sens figuré et non au sens propres ?
    Enfin, il y a peu, certaines expressions étaient également explicites quant à leur aspect néfaste, tel « le serpent monétaire ».
    Cordialement.
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/introduction.html

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés


Vous aimerez aussi

Le fascinus : symbole phallique et dieu du pouvoir masculin
Le fascinus : symbole phallique et dieu du pouvoir masculin
Les coutumes qui nous parvenues des civilisations du passée sont nombreuses. Certaines, plus étonnantes que les autres, peuvent nous surprendre et ...
Découvrir