13KGHT73 Méditation zazen pour connaitre la paix (script, vertus et histoire)
Congrats ! You Got Freeshipping !

Découvrez notre guide de méditation

Offert pour tout achat sur notre site, vous y trouverez 19 méditations guidées, partagées avec vous. Ces méditations, d'ailleurs, vous les retrouverez aussi au format audio.

Découvrir le guide

Méditation zazen pour connaitre la paix (script, vertus et histoire)

Quand vous entendez le mot "zen", qu'est-ce qui vous vient à l'esprit ?

Des idées de paix, de calme et de sérénité nous apparaissent rapidement. Certains imaginent aussi de longues méditations assises, tandis que d’autres penseront à la nature ou à un jardin japonais.

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à une facette du zen : sa méditation, connue sous le nom de méditation zazen.

 

Table des matières :

 

 

Découvrez cette méditation au format vidéo

 

 

C’est quoi le principe du zazen ?

La méditation zen, également connue sous le nom de zazen, est une technique issue d’une branche du Bouddhisme particulièrement influente au Japon… le Bouddhisme zen (comme c’est étonnant !).

Plus qu’une simple façon de méditer, le terme « zazen » décrit la position assisse particulière dans laquelle se pratique le zazen. Pas d’inquiétude, nous vous la décrirons dans le paragraphe visant à préparer la méditation guidée.

Historiquement, la méditation zazen est basée sur quatre grands principes issus des enseignements de Bodhidharma (le « prophète » du Bouddhisme zen, un Bouddha/illuminé qui voyagea autre fois  jusqu’au Japon) :

  • Le zazen ne s’appuie ni sur écrits ni sur des phrases.
  • Le zazen s’adresse directement à l’esprit de l’homme dans son essence.
  • Sa transmission doit se faire en dehors des écrits.
  • Devenir un Bouddha, c’est voir la véritable nature des choses.

 

Au niveau de ses objectifs, le zazen sert basiquement à réguler la capacité d’attention. Une idée fondamentale de la philosophie zen est celle de « plein par le vide », de « être par le non-être », de « pensée par la non pensée ». Attention, contrairement à une simple façon de « faire le vide », le zazen voit ici le résultat d’un exercice actif.

La méditation zazen visera ainsi à vider notre esprit pour, paradoxalement, le remplir de sa vérité éclairant et ainsi nous guérir, nous illuminer et nous faire gagner en sagesse. En fait, le but du zen en général est de nous faire lâcher tout jugement, et ce pour nous permettre d’abandonner notre subjectivité et ainsi nous rapprocher de la vérité.

Au cours d’une séance de méditation, le pratiquant est conscient de ses pensées et des sensations qui lui apparaissaient. Conscient oui, mais sans en tenir compte car, rappelez-vous, son esprit doit pratiquer une « non pensée ». En observant les choses sans les passer à travers le prisme de notre subjectivité (à travers une pensée dessus), leur véritable nature peut nous apparaitre. Or, la nature de chaque chose n’étant telle qu’elle est que dans le présent, cet exercice amène naturellement à un ancrage dans le présent.

L’œuf ou la poule, la question est posée mais, selon le Bouddhisme zen, le phénomène inverse peut tout à fait se réaliser : par un ancrage actif dans le présent, l’esprit apprendra à pratiquer la « non pensée » et l’objectivité.

 

 

Plusieurs pierres de médecine énergétique, un bol chantant apaisant et de l'encens propice à la méditation

Les effets de cette méditation

La plupart des méditations cherchent à nous faire « faire le vide ». Là où la méditation zazen se démarque des autres, c’est par la conception qu’elle en a : tandis que la plupart des courants spirituels voient cela comme une simple vide, il est plutôt ici question d’un exercice actif.

Cela implique l’utilisation de notre volonté et un certain besoin de s’entrainer pour réussir la méditation… mais également des bénéfices quelque peu différents des autres méditations !

Un autre prisme de compréhension sur le monde 

Atteindre l'éveil spirituel est le but de millier de moines. Ce n'est pas un hasard : il permet de voir le monde dans sa vérité, et dans sa totalité.

Pour les bouddhistes zen, la méditation consiste à observer et à laisser aller les pensées et les sentiments qui surgissent dans l'esprit. Cela permet de développer une compréhension de la réelle nature du monde, mais aussi de soi et des autres.

Contrairement à tout un tas d’autres formes de méditation, il ne s’agira pas ici d’une démarche passive (pratiquant l’exercice, la vérité nous est révélée) mais bien active (parce que cette pratique nous révélera la vérité, nous la pratiquons). Concrètement, cette différence de démarche ténue mais bien réelle nous offrira un prisme de compréhension sur le monde différent et un autre type de sagesse.

Des clés d’accès à notre inconscient

Dans le prolongement de l’idée précédente, la pratique du zen pourrait nous apporter de nouvelles clés d’accès à notre inconscient. Cela peut être un moyen de régler certains problèmes de stress ou de guérir des traumas du passé. Il pourrait aussi ici être question d’une plus grande créativité et de la possibilité d’enclencher à volonté de processus de création.

Les sages se sont longtemps demandé sur le zazen pouvait donner un accès direct à notre inconscient. Pour eux, la réponse est claire : non… ou plutôt, en partie seulement.

L’inconscient est un champ vaste et complexe de notre esprit. Or, la méditation zazen nous invite à découvrir les choses une à la fois. Comme expliqué plus tôt, la pratique de la non-pensée nous amène à une pleine conscience du présent. En un instant, notre cerveau ne peut traiter qu’une chose. Lorsque plusieurs évènements nous semblent simultanés, ils ne le sont en fait pas se réaliser d’un temps tellement court qu’ils nous paraissent ainsi. Bref, l’inconscient étant lui fait de plusieurs choses en même temps, nous ne pouvons qu’en observer des parties les unes après les autres.

Une amélioration de la posture dans la vie quotidienne

Cela peut sembler anecdotique dans le cadre d’une recherche de spiritualité mais, si vous savez l’influence qu’a notre dos sur notre état mental et plus largement notre vie, vous ne pouvez qu’accorder de l’importance à ce bénéfice.

Pour être claire, la position propre à la méditation zazen serait idéal pour régler nos problèmes posturaux, renforcer les muscles profonds de notre dos et nous aider à être plus droit (physiquement mais aussi mentalement). En fait, certains kinésithérapeutes conseillent même à leurs patients d’adopter cette position lorsqu’ils lisent ou travaillent tellement ses effets sont bénéfiques.

De plus, là où la position du lotus peut être difficile à tenir et sur-étirer l’intérieur de nos cuisses, la position du zazen est facilement adoptable et ne demande aucune souplesse particulière.

Un bonheur et un épanouissement personnel

L'image du moine zen qui sourit paisiblement dans son dojo ou monastère n'est pas si éloignée de la réalité. Même si la culture japonaise est bien plus moderne qu'autrefois, il y subsiste des ermites apaisés et des chemins de quête spirituelle.

Plutôt que d'offrir des solutions temporaires aux problèmes de la vie, des soulagements passagers, le zen cherche à nous apporter des réponses aux grandes questions de la vie.

Cela est vrai pour de nombreuses autres écoles de méditations mais, encore une fois, le prisme unique du Bouddhisme zen apportera des réponses différentes qui pourraient mieux vous convenir.

Dans son fondement, le zazen met le doigt sur la véritable cause du malheur et de l'insatisfaction : l’incompréhension. La clé du bonheur et de l’épanouissement personnel n'est ni la gloire ni la richesse. Elle se trouve en nous et ne nous est rendue cachée que part une incompréhension de ce qu’elle est.

 

 

Plusieurs pierres élevées, placées en équilibre.

Préparer la méditation zazen

Au niveau de la position à adopter, il existe plusieurs écoles. Pour ma part, je conseille de vous placer en seiza, c’est-à-dire assis sur vos talons. Il s’agit là d’une posture traditionnelle du Japon qui exprime le respect, le calme et la volonté d’un travail intérieur.

La position précise des pieds n’est pas très importante du moment qu’ils ne vous gênent pas. Vous pouvez même placer un petit coussin entre vos cuisses et vos jambes pour rendre la méditation plus agréable.

Mis à part cela, ouvrez vos épaules, redressez votre colonne et garder une certaine souplesse, notamment au niveau du ventre. Il est également déconseillé de porter des vêtements trop serrés qui vous restreindraient dans vos mouvements.

Dans le zazen, la position des mains est assez codifiée. Les paumes placées vers le ciel, la main gauche repose sur la main droite. Les pouces des deux mains sont alignés et se touchent. Les bras reposent sur les cuisses, de façon à ce que les mains se trouvent vers le bas de votre ventre.

 

 

Femme en position de méditation, assise en seiza devant un coucher de soleil boréal.

Les différentes étapes

Ces différentes étapes sont en réalité censées se suivre harmonieusement, plutôt que d’être découpées en parties distinctes.

Après tout, cette méditation guidée forme un tout construit comme une seule une œuvre, un seul outil capable de fonctionner dans son unicité.

Dans la vidéo et l’audio, aucune distinction n’est d’ailleurs faite.

Le découpage qui suit n’a donc pour seul but que de vous aider, a posteriori, à comprendre les modes d’actions mises en œuvre dans le cadre de cette méditation.

Étape #1 : Création de la vague intérieure

La méditation zazen repose sur la respiration et sur une certaine « vague intérieure ».

Un peu à la manière de la marée, chaque inspiration verra une énergie monter dans votre ventre, et chaque expiration la verra redescendre. L’idée n’est pas ici de créer une énergie nouvelle mais d’en dompter une déjà présente en nous.

Faisant cet exercice, chaque fois qu’une pensée vous apparaitra, vous aurez simplement à ne pas la suivre et à revenir à votre respiration.

Nous allons inspirez par le nez, et expirez doucement par la bouche. Commençons donc maintenant.

Inspirez. La vague monte.

Expirez. La vague descend.

Inspirez. La vague monte.

Expirez. La vague descend.

Inspirez. La vague monte.

Expirez. La vague descend.

Cette vague part du bas de votre ventre, en face de vos mains, et y revient, à chaque respiration. Vous pouvez presque la sentir, la toucher.

Inspirez. La vague monte.

Expirez. La vague descend.

Inspirez. La vague monte.

Expirez. La vague descend.

Étape #2 : relaxation et concentration sur l’instant

Continuez cet exercice tout en m’écoutant.

Prenez maintenant un moment pour définir votre intention. Que voulez-vous retirer de cette méditation zazen ? Quel impact aura-t-elle sur vous ?

En ressentant cette énergie, vous l’apprivoisez et la faites vôtre. Cette énergie vitale, essentielle.

Inspirez. La vague monte.

Expirez. La vague descend.

Inspirez. La vague monte.

Expirez. La vague descend.

Comme un grand océan de calme apparait en vous. Votre corps est réveillé mais détendu, et votre esprit est apaisé.

La respiration ne fait qu’un avec votre vague intérieure. Elles vont ensemble, au même rythme.

Chaque inspiration fait monter la vague, et vous fait sentir une certaine énergie. Chaque expiration la fait redescendre, et vous ancre, vous fixe dans le sol.

Inspirez. La vague monte.

Expirez. La vague descend.

Inspirez. La vague monte.

Expirez. La vague descend.

Étape #3 : Réflexion sur les émotions et les pensées

Des émotions traversent votre corps, chacune semblant cruciale et impérieuse. Mais ce ne sont au final que des sensations physiques. Laissez-les être, sans trop en tenir compte.

Des pensées également peuvent vous apparaitre. Laissez-les être. Leur présence n’entrave en rien la vie de votre vague intérieure, mais ne leur apporte rien non plus.

Inspirez. La vague monte.

Expirez. La vague descend.

Inspirez. La vague monte.

Expirez. La vague descend.

Les pensées ne sont rien d’autre que des sons intérieurs à notre esprit. Des sons qui résonnent en nous. Laissez-les être.

Étape #4 : Sauvegarde dans l’instant

Remarquez cette sensation de grande sérénité et gravée là dans votre esprit, dans vos souvenirs. Remarquez comment votre corps est léger et ancré à la fois, comment votre esprit est calme mais réveillé.

Créez une image mentale de cela. Si cela vous aide, imaginez que votre prenez une photo de cet instant, que vous mettez cette photo dans une boite, une boite rangée en vous.

Avec cette image, vous pourrez maintenant facilement revenir à cet état de relaxation que vous connaissez.

Plus vous pratiquez le zazen, plus il vous sera facile de vous placer dans cet état, et plus vous développerez votre conscience et votre intuition.

Vous pouvez maintenant relâcher votre corps, vous étirez légèrement et revenir à vos autres activités.

 

 

Un nénuphar ouvert sur un plan d'eau aux reflets bleutés.

Les autres méditations guidées de notre série

Parmi les nombreuses objets que nous proposons à notre communauté, nous avons notamment rassemblé quelques outils de méditation.

Voici la collection en question, faite donc d’objets issus de cultures des quatre coins du monde mais partageant un même but : aider à la pratique de la méditation ou, tout simplement, de la relaxation et de la détente.

Bref, vous y trouverez des bols chantants, divers instruments de musique, des drapeaux et décorations, des pendules de reiki ou encore certains ingrédients et cristaux.

 

Voici également une collection de livres gratuits qui, peut-être, pourront vous aider dans votre vie. Entre alimentation saine, autohypnose, prières et confiance en soi, de nombreux thèmes sont traités dans notre bibliothèque qui, encore une fois, vous a été entièrement ouverte.

 

Si vous désirez découvrir nos autres méditations, voici la section de notre blog qui les regroupe toutes.

Là aussi, nous avons voulu traiter des thèmes les plus variés possibles (dans la limite de nos connaissances, bien entendu).

Si toutefois vous n’y trouvez pas votre bonheur, n’hésitez pas à nous le dire en laissant un commentaire dans la section à la fin d’une des méditations : nous le lirons et essayerons d’en prendre compte dans nos travaux à venir !

 

 

Temple bouddhiste du zazen, dans la montagne et la forêt.

L’histoire de la méditation zazen

Le terme « zen » nous vient du Japon (étonnant !) et signifie littéralement « méditation » (tout aussi étonnant !). Ce courant philosophique n’est toutefois pas originaire de l’archipel nippon, mais bien d’Inde.

En effet, le zen est un courant du Bouddhisme qui fut apporté au pays du Soleil levant par un moine indien connu sous le nom de « Bodhidharma ». Considéré comme le fondateur du Bouddhisme au Japon, Bodhidharma est également connu pour avoir construit de nombreux monastères, avoir atteint l’illumination par la méditation, mais aussi pour son tempérament farceur.

Il semblerait que ce grand homme ait vécu au 5ème siècle de notre ère. Commençant son voyage en Inde donc, il traversa la Chine et y popularisa d’ailleurs énormément le Bouddhisme. Même si cette religion y était sans doute déjà connue, son influence n’avait alors rien à voir.

Bref, ce serait deux siècles plus tard sous la dynastie Tang, au 7ème siècle donc,  que cette école de Bouddhisme développa sa propre technique de méditation. Peu de temps après, elle se répandit dans les pays voisins, notamment en Corée et… au Japon.

En Chine, cette école était connue sous le nom de « Bouddhisme chán » (ou « Bouddhisme de la méditation silencieuse »), en référence à sa quête de l’illumination par le chemin le plus direct. Les Japonais, eux, décidèrent de l’appeler « Bouddhisme zen ». La méditation qui lui était associée, vous le savez, fut elle appelée « zazen ».

Ce n’est qu’au début du 20ème siècle que le Japon s’ouvrit sur le monde et que l’Occident découvrit la culture du zen. Avec des choses comme la création de jardin, des arts martiaux et forcément la méditation, ce fut une philosophie complexe et profonde qui nous fut offerte.

 

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés