Toucher du bois : d’où vient cette expression populaire ?

mars 24, 2021 5 min de lecture

Grosse buche en bois posée sur la tranche.



« Toucher du bois »… Nous avons tous déjà entendu cette expression, mais que savons-nous vraiment d’elle ?

Nombreuses en réalité sont les cultures à connaitre ce dicton (ou en tout cas d’autres très similaires).

Utilisée pour s’attirer la chance, éviter les ennuis ou repousser les mauvais sorts, cette technique consistant à toucher du bois à tout de folklorique… mais après tout, et si cela fonctionnait vraiment ?

Et en fait, d’où peut bien venir cette drôle de coutume ?

C’est vrai, qu’est-ce que le bois aurait de plus qu’un autre matériau ?

Tout cela aurait-il un sens sacré, religieux ? Ou au contraire profane et plus proche de la sorcellerie ?

Ce sont à toutes ces questions nous allons ensemble tenter de répondre dans l’article du jour.

Sans plus attendre, intéressons-nous donc à cette superstition, cette habitude porte-bonheur qu’est de toucher du bois !

 

Table des matières :

 

 

Morceau de bois tenu dans la main devant un paysage flouté.

Origine de l’expression

Basiquement, le fait du « toucher du bois » consiste avant tout en un acte superstitieux (sans aucune connotation négative) visant à conjurer la malchance ou, au contraire, à solliciter la chance.

Dans les faits, cette expression se réalise… en touchant un morceau de bois. (Celle-là, elle était plutôt évidente.)

Beaucoup parmi ceux qui lui accordent de la valeur utilisent cette technique lorsqu’ils prennent des risquent ou ont commis un acte qui pourrait se retourner contre eux. En ce sens, toucher du bois est aussi une façon de se protéger de futurs malheurs possibles.

Bref, notre expression fait partie du large corpus des expressions populaires depuis le 19ème siècle au moins et, à défaut de s’être mis d’accord, les historiens nous présentent trois théories quant à son origine.

Ces deux théories, nous allons justement en discuter maintenant.

 

 

Buche en bois placée au milieu de la campagne.

Le bois : un élément naturel primordial pour les anciens

Il semblerait que l’idée de toucher du bois pour éloigner la malchance pourrait plutôt en réalité éloigner les mauvais esprits.

La différence est subtile, mais elle a toute son importance.

Il faut en effet savoir que dans l’imaginaire de nos ancêtres, le bois était vu comme un matériau quasiment magique.

La plupart des cultures et mythologiques traditionnelles, notamment en Europe, accordaient en outre un caractère sacré aux arbres et à tout ce que venait de la forêt en général.

Concrètement, si un morceau de bois est le fragment d’un arbre (ce qui est le cas !), le toucher reviendrait à toucher cet arbre, et donc à se reconnecter à tout ce qu’il a à nous offrir.

Les croyances personnelles joueront ici beaucoup sur les conclusions à apporter. Voici quelques pistes qui pourraient résonner en vous à ce sujet :

  • Toucher du bois nous permet de nous reconnecter à l’énergie primordiale du monde, ce que nous aider à mieux vibrer et à éloigner la négativité.
  • Les esprits sylvains et autres créatures de la forêt peuvent nous aider lorsque nous touchons du bois.
  • Nombre de civilisations humaines se sont bâties sur les ressources naturelles telles que le bois. En toucher est donc une façon de montrer notre gratitude au monde.
  • Dans de nombreux traditions, le bois et les matières vivantes en générale possèdent des propriétés énergétiques qui influencent directement le bien-être des humains.
  • Et tout un tas d’autres visions bien personnelles !

 

Pour creuser le sujet, voici un article détaillant l’effet du bois sur nos cinq sens, et l’article Wikipédia qui s’attarde sur le symbolisme des arbres.

 

 

 

Croix chrétienne gravée dans un morceau de bois présent dans une église.

« Toucher du bois » pour les Chrétiens

La religion chrétienne accorde une place particulière au bois.

C’est en effet sur une croix en bois que le Christ fut crucifié, les calvaires que nous voyons dans nos campagnes sont généralement faites de bois et la plupart des croix qui un jour décorèrent les églises du monde entier en était également faites.

Nombre de Chrétiens pensent qu’en touchant du bois, ils touchent symboliquement la Sainte Croix  et rendent ainsi hommage au Christ et à Dieu.

Beaucoup de personnes superstitieux le font même pour demander une sorte de bénédiction, une protection divine contre les dangers et les tentations. Cela traduit une assez mauvaise connaissance de la doctrine chrétienne, mais c’est pourtant le cas.

Certains font également un lien entre cette théorie et la première, plus païenne, que nous avons vu. Pour eux, tout ce qui existe dans la nature serait habité par la présence de Dieu. Toucher du bois serait donc une manière de connecter à sa grâce.

Un troisième point de vue considère lui le bois comme une symbole de simplicité. Brut, non transformé : ce matériau est en effet tout désigné pour exprimer l’idée de sobriété heureuse.

Quelle que soit votre point de vue sur la question, si vous êtes chrétien ou chrétienne, vous avez forcément déjà vu des proches porter ce genre de croix assez simple.

Vous comprenez maintenant les raisons qui peuvent expliquer cela.

 

https://la-porte-du-bonheur.com/products/croix-simple-en-bois

 

Enfant qui joue en tenue traditionnelle de l'époque victorienne.

Une explication moins sacrée

Les deux hypothèses que nous venons de voir considèrent toutes les deux la coutume de toucher du bois comme très traditionnelle et pouvant être reliée à des traditions millénaires.

Il en existe toutefois une troisième, nettement moins poétique que les deux précédentes.

L’historien folkloriste Steve Roud établit en fait un lien intéressant entre notre expression et un jeu qui amusait les enfants britanniques au cours du 19ème siècle, jeu connu sous le nom de  « Tiggy Touchwood ».

Le jeu était assez simple : un enfant était désigné tandis que tout les autres devaient le fuir, devenant à leur tour le pestiféré s’ils étaient touchés et devant alors passer leur fardeau à un autre, et ainsi de suite.

Quel rapport avec notre sujet me direz-vous ?

Eh bien en fait, toucher un arbre ou, a fortiori, un poteau de bois, permettait d’être immunisé et de faire une pause dans le jeu.

Ce jeu se serait alors répandu dans tout le monde occidental, allant même jusqu’à créer notre fameux dicton…

 

 

Boussole sur des cartes du monde anciennes et vieillies.

Quelques versions de "toucher du bois" à travers le monde

Eh oui, comme nous venons de le dire, l’idée selon laquelle toucher du bois portait chance s’est répandue dans de nombreuses cultures, donnant parfois des variantes amusantes.

En voici quelques-unes :

  • Les Britanniques traduiront littéralement notre expression pour utiliser la phrase « touch wood ».
  • Les Américains, quelque peu plus bourrus, iront jusqu’à taper dessus avec leur célèbre « knock on wood ».
  • Notre expression a voyagé jusqu’au monde arabe, qui utilisent pour leur part « imsek el-khashab » , qui signifie là aussi « frapper du bois ».
  • Les Brésiliens voient exactement les choses de la même façon avec leur «bater na madeira».
  • En Suède, l’expression plutôt étonnante. Leur « peppar peppar, ta i trä » se traduit en effet par « poivre, poivre, toucher du bois ». (Ne me demandez pas ce que le bois vient faire là-dedans .)
  • Avec leur « chtipa xilo » et leur « nazar iagna », les Grecs et les Indiens restent assez proches du sens que nous donnons à cette coutume.
  • Plus originaux, les Italiens remplacent le bois par le fer avec leur « toccare ferro ».
  • Plutôt que de le toucher ou taper dessus, les Égyptiens tiennent simplement le bois via leur « emsek el khashab »

 

Comme celle que nous avons découverte aujourd’hui, il existe de ces traditions qui transcendent les peuples. Il en va de même pour certains symboles et porte-bonheurs.

C’est notamment cette idée que nous avons voulons faire transparaitre avec notre collection sur le thème de l’Europe

 

 

Porte-bonheur présenté dans cet article :

Bannière avec une croix en bois présentée dessus.

 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.