La légende du fer à cheval : origine et explications

La légende du fer à cheval : origine et explications

Que vous souteniez équipe de football préférée ou bien un cheval de course, le sport vous fait sans aucun doute passez de bons moments.

Les porte-bonheurs et rituels qui sont utilisés lors de ce type de compétition sont nombreux. Beaucoup peuvent nous sembler un peu étrange, voire carrément stupides.

Aujourd’hui, nous allons parler d’un porte-bonheur efficace et qui n’a rien de risible : le fer à cheval.

 

 

Les porte-bonheur : un constante dans l'univers du sport

Certaines personnalités du monde du sport sont connues pour leurs superstitions, habitudes et porte-bonheur parfois un peu fou.

Michael Jordan portait son short de basketball de l'Université de Caroline du Nord sous son uniforme des Chicago Bulls.

Wendell portait toujours un collier de dents provenant d’animaux qu'il avait chassés et abattus pendant ses parties de chasses.

Les courses de chevaux ne font pas exception. Certains jockeys vont nommer leur canasson d’après des croyances parfois tirées par les cheveux.

 

 

L'histoire de Saint Dunstan

Si les courses se distinguent, c’est car chaque concurrent a d’office avec lui quatre porte-bonheur parmi les plus puissants : il s’agit du fameux fer à cheval.

Réputé depuis des siècles puis éloigner les mauvais esprits et fournir une bonne énergie, les origines du fer à cheval sont encore un peu troubles.

On pense qu’il est devenu un symbole de la chance lorsque les Chaldéens du VIIIe siècle l’associèrent à diverses divinité(e)s de leur panthéon.

L’histoire à laquelle je crois est un peu différente.

En 969 après J.-C., Saint Dunstan, le saint patron des forgerons de l'Église catholique, eu le courage et la grâce de tromper le diable.

Il existe de nombreuses versions de cette histoire.  La plus célèbre nous raconte comment Saint Dunstan reçu une commande bien étrange. Le diable lui ordonna en effet de lui préparer des fers, non pas pour des chevaux, mais pour ses propres sabots. Ne voulant pas travailler pour lui, notre héros décida au dernier moment de lui planter les fers dans le pied de toutes ses forces. La douleur étant insoutenable pour lui, le diable promit alors de ne jamais s’arrêter dans une maison sur le mur de laquelle sera accroché un fer porte-bonheur.

 

 

Le fer... du fer à cheval

La plupart des premiers fers à cheval étaient fabriqués à partir de fer, un métal durable qui aurait également des pouvoirs mystiques… C’est en tout cas une chose admise par de nombreuses cultures à travers le monde.

Doté de capacités magnétiques, son énergie aurait le pouvoir de traverser le corps humain et ainsi de le maintenir dans un état d’énergie hors du commun.

Bien que cela puisse sembler quelque peu folklorique, on sait que les rebouteuses du Moyen-Age (ou sorcières, si vous préférez) craignaient tellement les fers à cheval en fer qu'elles décidèrent de se déplacer sur des balais plutôt que de prendre le risque de s’approcher de ces porte-bonheur en montant à cheval.

Il n'est donc pas rare de voir ce genre de pendentif présentant un fer à cheval dans un cadre de protection.

 

 

Un fer à cheval possède traditionnellement 7 trous, chiffre associé à la chance

Un porte-bonheur numérologique

Même le nombre de trous laissés pour les clous sont liés à la chance et à la protection.

Il y en a 7, hors, il se trouve que ce chiffre est l’un des plus chanceux du monde, considéré comme le chiffre porte-bonheur par excellence.

C’est un chiffre intrinsèquement lié au monde dans lequel nous vivons : il y a sept jours de la semaine, sept mers, sept continents et même sept couleurs dans un arc-en-ciel…

 

 

A l'endroit ou à l'envers ?

Beaucoup de gens s'accordent pour dire que le fer à cheval est un bon porte-bonheur, mais se disputent quant à la façon de l’utiliser.

Certaines personnes le suspendent (U) pour que la chance reste captée dans le creux ainsi formé. D'autres décident d’en suspendre le talon vers le haut pour que la chance et le bonheur coulent sur tous ceux qui passeront en dessous.

Promenez-vous à l'arrière de n’importe quel hippodrome et vous verrez que les entraîneurs ne peuvent toujours pas se mettre d'accord sur la meilleure façon de suspendre leur fer à cheval porte-bonheur.

Le meilleur conseil que nous puissions vous donner, c’est d’en accrocher deux : l’un à l’endroit, et l’autres à l’envers. Ainsi, quelle que soit la bonne solution, vous êtes sûr d’être dans le bon !

 

 

Les courses de chevaux en hippodrome attirent de nombreux chanceux

Autant de fers porte-bonheur que de chevaux

Encore considéré comme l’un des porte-bonheur les puissants, le fer à cheval a vu sa conception, sa forme et même son aspect évoluer depuis sa conception originale il y a de cela plusieurs centaines (voir milliers) d’années.

Grâce à des connaissances nouvelles et de plus en plus étendues, ils ne sont plus seulement constitués de fer, mais de bien d’autres métaux, comme par exemple l’aluminium.

Les pur-sang destinés à la course en particulier voient leurs fers fabriqués de la manière à être les plus légers possibles, le but cherché étant bien entendu d’être le plus rapide lors de la course.

La plupart des fers à cheval porte-bonheur restent proches de leur forme d'origine, à savoir le style chaldéen (c’est-à-dire en forme de croissant de lune). Toutefois, les maréchaux-ferrants ont découvert des formes plus insolites. Citons par exemple le fer « de bar », dont le style ovale plus complet est notamment utilisé pour la thérapie du sabot.

Aujourd'hui, les maréchaux-ferrants recommandent même parfois un nombre de trous différents des 7 d’origine, tout cela bien sûr pour augmenter le confort de l’animal.

 

 

Conclusion sur le fer à cheval

Sans étonnement, nous avons vu le fer à cheval dépasser le vulgaire stade de « chaussure pour cheval ».

Les moins bornés d’entre nous en portent parfois en boucles d'oreilles, en bracelets ou en colliers. Des messieurs en utilisent aussi pour orner leurs cravates et ceintures, tout cela dans le but d’en faire de véritable porte-bonheur...

Si, au cours de l’histoire, des gens issus de cultures aussi diverses ont cru bon de placer leur confiance dans les pouvoirs de ce porte-bonheur qu’est le fer à cheval, ce n’est surement pas sans raison.

Pour ma part, je crois fermement qu’il peut augmenter nos niveaux de chances et d’énergies. 

D'ailleurs, si le fer à cheval vous parle, peut-être aimeriez découvrir d'autres porte-bonheur tout droit venu d'Europe.

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

 

Porte-bonheur présentés dans cet article :

 

Fer à cheval porte-bonheur tout ce qu'il y a de plus classique

Petit pendentif agréable à porter présentant un fer à cheval

 

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés


Vous aimerez aussi

Étude de loa vaudou n°3 : Baron Samedi
Étude de loa vaudou n°3 : Baron Samedi
Dans la vaudou haïtien, Baron Samedi est le « maitre des morts ». Il occupe une place populaire en tant que gardien des cimetières et d’esprit resp...
Découvrir
Étude de loa vaudou n°2 : Maman Brigitte
Étude de loa vaudou n°2 : Maman Brigitte
Dans les cultures des Caraïbes, les loas sont des esprits qui servent d'intermédiaires entre les mortels et le divin. Ces êtres possèdent de grands...
Découvrir
Étude de loa vaudou n°1 : Papa Legba
Étude de loa vaudou n°1 : Papa Legba
Les pratiquants du vaudou haïtien croient en un être créateur appelle Bondye (ce qui pourrait se traduire en français par «Bon Dieu»). Cependant, c...
Découvrir